La longue errance des chômeurs de Californie

le
0
REPORTAGE - Frappés plus que dans d'autres États par le chômage, 16,3 % des Californiens vivent sous le seuil de pauvreté.

Depuis trois ans qu'elle est au chômage, Sheila Magsby court de job center en job center au volant de sa voiture cabossée dans l'espoir, de plus en plus mince, de trouver un emploi. Au point où elle en est, après trente-six mois de recherches infructueuses et de candidatures sans réponse, la quadragénaire se contenterait d'un salaire minimum, bien qu'elle ait vingt ans d'expérience de secrétaire au parquet de Los Angeles. Depuis un an, Sheila ne perçoit plus d'allocations-chômage. Elle est donc sans revenus. «Heureusement que je vis avec mon père. Sinon, comment m'en sortirais-je ?», s'interroge-t-elle.

Sheila vit à Los Angeles, mais c'est à Torrance qu'elle est aujourd'hui venue consulter les offres d'emploi. «J'aurais peut-être plus de chance ici», soupire-t-elle sans grande conviction. À une vingtaine de kilomètres à l'ouest du centre-ville, Torrance abrite en effet les QG américains des constructeurs automobiles Toyota et Honda, des entreprises qui n'embau

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant