La loi sur l'économie sociale provoque la colère des patrons

le
0
Le texte porté par Benoît Hamon va obliger les dirigeants qui cèdent une PME à informer leurs salariés, deux mois avant la vente, afin qu'ils puissent être candidats à la reprise.

À première vue, le projet de loi sur l'économie sociale et solidaire que présentera Benoît Hamon le 24 juillet en Conseil des ministres part d'un bon sentiment. «Je veux encourager l'emploi», assurele ministre, inquiet de voir des milliers de PME en bonne santé chaque année rayées de la carte faute de repreneurs. Un problème qui risque d'ailleurs de s'aggraver avec le départ prochain en retraite de patrons baby boomers. Dans la seule région Ile-de-France, 266.300 entreprises de moins de 50 salariés seront ainsi concernées par un changement de dirigeant à court ou moyen terme.

Mais une disposition du projet de loi, passée inaperçue, inquiète aujourd'hui les professionnels du marché de la reprise d'entreprises et révulse les patrons. Benoît Hamon veut encourager les salariés à r...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant