La loi entérine le fichage des supporters

le
0
La loi entérine le fichage des supporters
La loi entérine le fichage des supporters

Déposée au départ avec un volet exclusivement répressif, la proposition de loi de Guillaume Larrivé sur la lutte contre le hooliganisme a été étoffée, en séance à l'Assemblée Nationale, par deux dispositions relatives à la représentation des supporters, aussi bien au sein des clubs que via une instance nationale. Mais, dans l'ensemble, le texte suscite tout de même de réelles interrogations chez ceux qui fréquentent assidûment les tribunes.

" Libertés bafouées, supporters fichés, occupez vous des terroristes pas des supporters ", pouvait-on lire dans la quart de virage nord-ouest du stade de la Meinau à Strasbourg lors de la réception de Béziers en National samedi dernier. Même son de cloche du côté du Forez, où une banderole " Pas de liberté, pas de dialogue, pas de juge indépendant, c'est Larrivé de la dictature ", barrait le Kop Sud de Geoffroy Guichard lors de la réception du PSG dimanche. De la Ligue 1 au National, l'objet du courroux exprimé par les groupes de supporters qui occupent les virages populaires, était à chercher du côté de la proposition de loi relative à la lutte contre le hooliganisme, déposée par le député de l'Yonne Guillaume Larrivé (LR) et par 42 de ses collègues LR et UDI. Un texte remis dans l'émotion qui avait suivi les incidents entre Marseille et Lyon, le 20 septembre dernier, et dont beaucoup pensaient qu'il serait enterré tant l'arsenal législatif hérité de la loi Loppsi 2 donne aux pouvoirs publics les coudées franches dans la lutte contre les violences autour des matchs de football.

Le contre-sens du contre-parcage


Pourtant, après s'être montré réticent à l'idée de nouvelle dispositions législatives sur cette question, les services du ministère de l'Intérieur ont travaillé avec Guillaume Larrivé et Matignon a donné son feu vert pour que le texte soit inscrit à l'ordre du jour de l'Assemblée Nationale et – mieux – que la commission des lois ne le rejette pas. Lors de l'examen en commission, Guillaume Larrivé traduisait pourtant une certaine méconnaissance du fonctionnement des tribunes en pointant : " ce qu'on appelle techniquement les manœuvres de contre-parcage qui consiste à acheter ou faire acheter des places à des supporters locaux et de forcer l'organisation des matchs pour aller s'introduire au cœur du dispositif adverse pour créer des désordres ce qui est évidemment très dangereux ". La pratique du contre-parcage, expérimentée à de nombreuses reprises par les supporters contestataires du PSG, a montré une réalité sensiblement différente. C'est justement parce que l'accès au secteur visiteur leur est [A…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant