La location de voiture entre particuliers, le faux bon plan

le
5

Contrairement à ce qu'affirment les start-up du secteur, les revenus que les propriétaires tirent de cette activité sont moindres. Voire inexistants.

Le discours est bien rôdé: louer une voiture que l'on n'utilise qu'occasionnellement, c'est la possibilité d'obtenir un revenu complémentaire qui permet au propriétaire de rentrer dans ses frais. Voilà le mythe qu'entretiennent savamment les start-up de location de véhicules entre particuliers, comme Drivy ou OuiCar. La réalité est pourtant très différente, bien loin du pécule promis.

Deux étudiants de l'Ecole nationale de la statistique et de l'administration économique (Ensae) ont mené une étude, publiée sur le blog du partage et de la consommation collaborative Sharinblog, à partir des données publiques des trois principaux sites français de location (Drivy, Buzzcar et OuiCar). Et le constat est sans appel: la location d'un véhicule entre particuliers est un faux bon plan. L'étude montre ainsi que plus d'un véhicule sur deux... n'a jamais été loué et n'a donc jamais rien rapporté à son propriétaire. Et 47% des véhicules proposés rapportent moins de 350 euros par mois, soit le coût moyen d'un véhicule que l'on possède. Au final, seuls 2% des véhicules présents sur ces sites d'annonces permettent à leurs propriétaires d'obtenir un complément de revenu...

Les citadines plébiscitées

Que les possesseurs d'une voiture ou d'une camionnette ne se découragent pas, certaines «astuces» peuvent toutefois leur permettre de tirer leur épingle du jeu. Il vaut ainsi mieux résider dans une aire urbaine ou un département touristique pour espérer louer son véhicule: la région parisienne, la Corse et l'Hérault squattent les cinq premières places du classement des départements les plus actifs. «Le critère le plus important est le lieu de location, puis le prix», remarque Andy Bruère, co-auteur de l'étude. De la même manière, une Polo ou une Yaris se loueront plus facilement qu'un utilitaire, les citadines représentant à elles seules la moitié des transactions.

Cette étude mettra-t-elle des bâtons dans les roues des sites de location de véhicules entre particuliers? Rien n'est moins sûr. Le leader français du secteur, Drivy, a annoncé le mois dernier une levée de fonds de 8 millions d'euros et le rachat de Buzzcar, l'un de ses concurrents.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • loco93 le vendredi 22 mai 2015 à 10:12

    D'un autre côté ça ferait des km supplémentaires qui viennent s'ajouter dans le compteur et des pièces qui s'usent plus rapidement (suivant le profil du conducteur loueur)... Ce qui induit donc une décote au moment de la revente et des entretiens mécaniques un peu plus fréquent.

  • j.barbe6 le vendredi 22 mai 2015 à 09:44

    Internet enrichie une poignée d'individus.C'est plébiscité par Boboland gaucho alors que c'est un outil hyper capitalistique.

  • uma31 le vendredi 22 mai 2015 à 09:22

    Si ma voiture me rapporte 100 € par mois et qu'elle m'en coûte 350, ben ça fait toujours 100 € par mois qui viennent en déduction des dépenses qu'elle engendre, donc c'est un revenu. Au lieu de me coûter 350 €, elle ne m'en coûte 250 et j'ai gagné 100 €.L'étude par du postulat que la voiture a été achetée uniquement pour la location, ce qui n'est certainement pas le cas de 99 % des loueurs.

  • loup333 le vendredi 22 mai 2015 à 09:04

    Si je lis l'article, si ça rapport 350 euros par mois ca couvre donc le cout mensuel de l'entretien du véhicule donc c tout benef non? article à charge c pas au fin fond de la creuse ou sur le plateau du larzac qu'on va louer le plus on s'en doutait un peu tout de même!!!

  • lsleleu le vendredi 22 mai 2015 à 08:56

    Puis la voiture louée si elle revient elle est traitée comment