La livraison par drone irréalisable... pour l'instant

le
1
La livraison par drone irréalisable... pour l'instant
La livraison par drone irréalisable... pour l'instant

Une machine volante mi-avion, mi-hélicoptère livrant un colis rempli -- entre autres -- de croquettes pour chien à un couple de fermiers australiens. Cette vidéo étonnante a été dévoilée le 28 août par Google qui explique travailler sur la livraison par drone au travers de « Project Wing ». Il y a neuf mois, le géant Amazon avait lui aussi fait sensation en révélant « Prime Air », son projet de livraison par voie aérienne avec un film saisissant : un homme passe une commande sur le Web, Amazon prépare son paquet et, une demi-heure plus tard, un drone débarque chez l'acheteur pour déposer le précieux colis.

Si les deux géants de l'Internet se voient déjà concrétiser ce qui ressemble encore à un rêve, il reste encore des obstacles de taille à surmonter, aux Etats-Unis, mais aussi en Europe et dans l'Hexagone ! Techniquement, ces machines volantes sont capables de transporter des objets et de suivre un trajet précis mais, en dehors de l'Australie, « les barrières réglementaires sont nombreuses », précise Francis Duruflé, vice-président de la Fédération française du drone civil et PDG d'Infotron, fabricant de ces petits bijoux de technologie.

«Où se faire livrer si on n'a pas de jardin ?»

 

La réglementation française de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) est en effet stricte en la matière : seuls les vols en vue sont autorisés, jusqu'à 150 m de hauteur maximum, mais en dehors des agglomérations et des rassemblements de personnes ou d'animaux (sauf autorisation préfectorale), des zones proches des aérodromes et de certains espaces aériens réglementés.

 

Par ailleurs, il subsiste aussi des obstacles en termes d'infrastructures. « Comment fait-on pour se faire livrer un colis par un drone, si on n'a pas de terrasse ou de jardin ? » s'interroge Francis Duruflé.

 

Autre bémol, et non des moindres, celui de la sécurité. « Le drone de Google pèse 10 kg, celui d'Amazon ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • guerber3 le lundi 22 sept 2014 à 10:41

    Chic, de nouvelles machines à gaspiller l' énergie, l' homme peut accélere la marche vers sa destruction ...!!