La Ligue arabe pour une mission de paix Onu-pays arabes

le
0
LA LIGUE ARABE PRÉCONISE L'ENVOI DE CASQUES BLEUS EN SYRIE
LA LIGUE ARABE PRÉCONISE L'ENVOI DE CASQUES BLEUS EN SYRIE

par Yasmine Saleh et Ayman Samir

LE CAIRE/AMMAN (Reuters) - Réunis dimanche au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe ont demandé aux Nations unies d'envoyer une mission de paix de l'Onu et des pays arabes en Syrie, où se poursuit la répression contre l'opposition au président Bachar al Assad.

Dans une résolution obtenue par Reuters, ils annoncent la fin à toute coopération diplomatique avec Damas et confirment le recours à l'arme des sanctions économiques contre le régime syrien.

Ils précisent qu'ils vont prendre contact avec l'opposition syrienne et lui proposer une aide politique et matérielle.

La violence contre les civils en Syrie viole le droit international et les coupables des exactions devront être punis, ajoute la Ligue arabe.

Le texte met fin à la mission des observateurs arabes en Syrie, suspendue le mois dernier en raison de la poursuite des violences, et propose pour la remplacer une mission hybride Onu-pays arabes.

Sur le terrain, les tirs ont repris à Homs, la troisième ville de Syrie, après une accalmie de plusieurs heures qui a permis à quelques familles de fuir les quartiers insurgés pilonnés depuis une semaine par les forces gouvernementales.

Malgré le double veto russe et chinois au Conseil de sécurité des Nations unies il y a huit jours, les pays arabes poursuivent leurs efforts pour mettre fin aux violences et assurer la transition politique en Syrie.

Le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al Fayçal, a appelé au Caire ses collègues à des "mesures décisives" après l'échec des "demi-mesures". "Combien de temps encore allons-nous rester spectateurs (...) en accordant toujours plus de temps au régime syrien pour qu'il continue à massacrer son peuple ?", a-t-il dit.

La démission du général soudanais Mohamed al Dabi, le très controversé chef des observateurs déployés fin décembre en Syrie et rappelés en janvier en raison de la poursuite des violences, a été acceptée lors de cette réunion.

REPRISE DES TIRS À HOMS

Nabil Elarabi, secrétaire général de l'organisation panarabe, a proposé la nomination d'Abdelilah al Khatib au poste d'émissaire spécial en Syrie. Cet ancien ministre jordanien des Affaires étrangères a déjà exercé cette fonction en Libye pour le compte de l'Onu.

Une réunion des "Amis de la Syrie", groupe qui rassemble des pays arabes et des pays occidentaux, se tiendra le 24 février à Tunis, pour discuter des moyens de faire cesser les violences.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée en Grande-Bretagne, quatre personnes ont été tuées dimanche matin dans le bombardement du quartier de Bab Amro à Homs, où une trentaine de roquettes se sont abattues.

Pendant une accalmie de quelques heures, une quinzaine de familles avaient pu quitter les quartiers de Bab Amro et d'Inchaat tenus par l'opposition et visés par les pilonnages des forces loyalistes, qui ont fait des centaines de morts, a déclaré par téléphone à Reuters un militant d'opposition, Mohammad al Hassan. L'électricité et le téléphone coupés depuis plus de deux semaines ont été rétablis dans plusieurs quartiers de la ville.

Un vidéo diffusée sur YouTube montre un rassemblement de milliers de jeunes gens dans le quartier de Deir Baalba, en train de danser en agitant le drapeau vert et blanc de la Syrie pré-baassiste. "Que Dieu te maudisse et te jette en enfer, Bachar", scandaient les manifestants à l'adresse du président Bachar al Assad. "Nos martyrs, eux, vont au paradis !"

APPEL DU GRAND MUFTI DE SYRIE À L'OPPOSITION

A Alep, dans le nord du pays, ont eu lieu les funérailles des 28 soldats et civils tués vendredi dans deux attentats contre des bâtiments de l'armée et des forces de sécurité. Ces attaques n'ont pas été revendiquées mais le gouvernement de Damas les a imputées à des "terroristes armés" proches d'Al Qaïda.

Prenant la parole aux obsèques, le grand mufti de Syrie, Ahmed Badr al-Din Hassoun, a lancé un appel aux opposants pour qu'ils mettent fin à leur campagne. "Assez ! Assez ! Assez ! Pourquoi donc, mes frères dans l'opposition, voulez-vous réduire votre pays en cendres ? Pourquoi voulez-vous verser le sang ?", a-t-il dit.

Le grand mufti a également appelé le président Assad à éliminer la corruption, "afin que ceux qui veulent détruire notre nation n'aient plus de prétexte à avancer".

Dans la ville de Zabadani, près de la frontière libanaise, les forces gouvernementales et les rebelles ont conclu une trêve après une semaine de bombardements qui ont fait au moins cent morts. Les militants d'opposition ont été autorisés à se retirer à condition qu'ils abandonnent les armes et les blindés pris aux forces loyalistes, a précisé Kamal al Labouani, un dirigeant d'opposition en exil.

Ayman al Zaouahiri, le chef de file d'Al Qaïda, a invité les Syriens à ne rien attendre des puissances occidentales dans leur soulèvement contre le régime de Bachar al Assad, dans une vidéo diffusée dimanche sur internet.

Le successeur d'Oussama ben Laden exhorte les musulmans de Turquie, d'Irak, du Liban et de Jordanie à leur venir en aide.

"La Syrie blessée continue à saigner jour après jour, tandis que le boucher, fils de boucher Bachar ben Hafez (Hafez al Assad), reste libre de ses actes", dit le médecin égyptien dans cet enregistrement de huit minutes intitulé "En avant, lions de Syrie !".

Avec Khaled Yacoub Oweis, Angus McSwan et Erika Solomon; Jean-Philippe Lefief, Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant