La Ligue 1 est célibataire

le
0
La Ligue 1 est célibataire
La Ligue 1 est célibataire

Monaco-Montpellier reporté pour cause de pluies diluviennes sur la Principauté, la Ligue 1 était amputée d'un doigt ce samedi soir de Saint Valentin. Surement l'annulaire où les mariés portent l'alliance avec Giovanni Sio qui s'est vengé de son ex-nantaise. Pour le reste, Toulouse se donne de l'air, Evian de l'espoir et Lille de l'ennui.

  • Nantes/Bastia : 0–2 Buts : Giovanni Sio (30ème) et Floyd Ayité (76ème)

    La belle histoire de la soirée, pour se donner un peu de baume au cœur d'entrée. Formé à Nantes mais où il n'a jamais honoré la moindre apparition officielle avec les pros, Giovanni Sio retrouvait la Beaujoire avec sa nouvelle formation de Bastia. Un peu comme une rencontre fortuite avec un amour de jeunesse pas validée au tableau de chasse. Ce qui n'est désormais plus le cas de Sio, qui s'est offert le scalp des Canaris sur un bon ballon de Kamano parfaitement conclu devant Riou. Ayité s'est lui chargé d'entériner le succès des siens en profitant d'une faute de main de Riou, masqué par Sio. En face, Nantes n'a pas démérité mais s'est à nouveau montré trop pauvre offensivement et a aussi fini les 25 dernières minutes à dix suite à l'expulsion très sévère d'Aristeguieta, trois minutes après son entrée en jeu. A noter : Nice reste désormais sur 13 matchs sans défaites toutes compétitions confondues.

  • Toulouse/Rennes : 2–1 Buts : Óscar Trejo (10ème) et Alekdsandar Pesic (84ème) pour Toulouse, Ola Toivonen (82ème) pour Rennes

    Toulouse connaissait sa mission pour garder les rênes de son destin en Ligue 1 et prendre un peu plus d'air sur la glaciale zone rouge. Sans l'habituel maître du traineau Ben Yeder, laissé sur le banc par Alain Casanova, la ville rose attaque bien le match grâce à Óscar Trejo. Parti du rond central, l'attaquant argentin accélère, raffute tel un rugbyman du Stade Toulaisain, s'offre un grand pont sur Diagne, avant de fusiller Costil d'un pointu des familles. Magnifique et c'est d'ailleurs le premier frisson de la soirée. Avec Ntep et Toivonen également remplaçants, Rennes tente bien de réagir mais la manœuvre est aussi froide qu'un Mister Freeze. C'est même Toulouse qui passe proche de doubler la mise en contre, mais Doumbia ne trouve pas le cadre. A la pause le bon Paul George fait son entrée mais il faut attendre l'arrivée de son copain Ola pour voir la donne changer. Le Suédois trouve en effet l'ouverture pour égaliser 10 minutes après son apparition. Une égalisation qui a le mérite de réveiller Toulouse qui reprend l'avantage dans la foulée à la suite d'un cafouillage conclu par Pesic. De quoi s'offrir une minime bouffée d'oxygène.









  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant