La Ligue 1 en mode "truel".

le
0
La Ligue 1 en mode "truel".
La Ligue 1 en mode "truel".

Avec la nouvelle victoire de l'OL et le choc remporté par le PSG sur l'OM, les écarts se réduisent en tête de la L1. Derrière, Bordeaux et Nantes s'accrochent pour la touche vintage, tandis que Lille se tape l'incruste à la petite teuf des candidats à la relégation. Le championnat français réserve son lot de surprises et c'est pour ça qu'on l'aime.

  • PSG, l'OL et la technique de l'aspi Les cyclistes le savent : mieux vaut éviter de rester seul en tête longtemps pour ne pas faire tous les efforts et se prendre tout le vent et les mouches dans la face. À force, ça fatigue. Dans les sports autos, pareil : être devant avec la concurrence qui te colle au train, ce n'est pas bon du tout parce que tu risques de te faire doubler à tout moment avec le phénomène de l'aspiration. Il en est donc ainsi de l'OM, preux leader de la Ligue 1 qui tire la langue et voit revenir dans le rétro ses adversaires, lancés à vive allure. Après avoir cédé 3 points à Lyon le 26 octobre, la bande à Bielsa a de nouveau été contrainte de s'incliner au Parc face au PSG dans un choc de la Ligue 1 qui a tenu ses promesses. Comme l'OL avait en plus obtenu sa cinquième victoire de rang quelques heures plus tôt à Gerland face à Guingamp, les écarts se sont bien réduits en tête du championnat, avec un truel – ou duel à trois – qui se dessine : Marseille encore provisoirement en tête devant Paris et Lyon, le fameux axe " PLM " dans le désordre se tenant en seulement 2 points. Trois places, pour un titre de champion de France, des places d'honneur et la précieuse qualification en Ligue des champions. Alors que se profile une nouvelle trêve internationale et qu'il reste encore 6 journées à disputer avant d'arriver à la mi-temps de la saison, il est un peu tôt pour tirer des conclusions hâtives, mais assurément ce podium-là a de la gueule et du crédit. Car derrière, ça paraît un peu tendre pour rivaliser sur la durée, qu'il s'agisse de Bordeaux (qui a déjà montré ses limites à plusieurs reprises), Nantes (en pleine bourre, mais la petitesse de l'effectif interdit toute blessure ou coup de moins bien de ses cadres), Saint-Étienne ou encore Monaco, qui se sont affrontés hier pour une rencontre d'un niveau en dessous de ce que l'on est en droit d'attendre de représentants européens.

  • Vous avez raté Lyon-Guingamp et vous n'auriez pas dû Il se zappe facilement, ce match du dimanche à 14h. Trop près du poulet rôti, trop calé au moment de la sieste digestive. Pourtant celui programmé hier méritait le coup d'œil. L'entame a confirmé la capacité de cet OL à produire un très beau football. Devant leur public, les hommes d'Hubert Fournier donnaient l'impression de pouvoir marquer quasiment sur chaque offensive, grâce...


  • PSG, l'OL et la technique de l'aspi Les cyclistes le savent : mieux vaut éviter de rester seul en tête longtemps pour ne pas faire tous les efforts et se prendre tout le vent et les mouches dans la face. À force, ça fatigue. Dans les sports autos, pareil : être devant avec la concurrence qui te colle au train, ce n'est pas bon du tout parce que tu risques de te faire doubler à tout moment avec le phénomène de l'aspiration. Il en est donc ainsi de l'OM, preux leader de la Ligue 1 qui tire la langue et voit revenir dans le rétro ses adversaires, lancés à vive allure. Après avoir cédé 3 points à Lyon le 26 octobre, la bande à Bielsa a de nouveau été contrainte de s'incliner au Parc face au PSG dans un choc de la Ligue 1 qui a tenu ses promesses. Comme l'OL avait en plus obtenu sa cinquième victoire de rang quelques heures plus tôt à Gerland face à Guingamp, les écarts se sont bien réduits en tête du championnat, avec un truel – ou duel à trois – qui se dessine : Marseille encore provisoirement en tête devant Paris et Lyon, le fameux axe " PLM " dans le désordre se tenant en seulement 2 points. Trois places, pour un titre de champion de France, des places d'honneur et la précieuse qualification en Ligue des champions. Alors que se profile une nouvelle trêve internationale et qu'il reste encore 6 journées à disputer avant d'arriver à la mi-temps de la saison, il est un peu tôt pour tirer des conclusions hâtives, mais assurément ce podium-là a de la gueule et du crédit. Car derrière, ça paraît un peu tendre pour rivaliser sur la durée, qu'il s'agisse de Bordeaux (qui a déjà montré ses limites à plusieurs reprises), Nantes (en pleine bourre, mais la petitesse de l'effectif interdit toute blessure ou coup de moins bien de ses cadres), Saint-Étienne ou encore Monaco, qui se sont affrontés hier pour une rencontre d'un niveau en dessous de ce que l'on est en droit d'attendre de représentants européens.

  • Vous avez raté Lyon-Guingamp et vous n'auriez pas dû Il se zappe facilement, ce match du dimanche à 14h. Trop près du poulet rôti, trop calé au moment de la sieste digestive. Pourtant celui programmé hier méritait le coup d'œil. L'entame a confirmé la capacité de cet OL à produire un très beau football. Devant leur public, les hommes d'Hubert Fournier donnaient l'impression de pouvoir marquer quasiment sur chaque offensive, grâce...


  • ...

    Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant