La Ligue 1 donne enfin de bons indices

le
0
La Ligue 1 donne enfin de bons indices
La Ligue 1 donne enfin de bons indices

La Ligue des champions cru 2016-2017 est celle du retour des trois clubs français qualifiés en poules. Une réussite à mettre au crédit du beau parcours de Monaco en tour préliminaire, puis en barrage. Cette situation, la Ligue 1 pourrait s'y réhabituer, si elle conserve cette cinquième place au classement de l'indice UEFA après laquelle elle courait depuis longtemps.

Depuis quelques années, la France a pris la sale habitude de se faire éjecter des top 5 des classements qui comptent. Au revoir la cinquième place au classement des plus grandes puissances économiques mondiales, ravie par l'éternel ennemi anglais. Aux Jeux olympiques, le pays au Coq a dit au revoir au quintette de tête depuis Atlanta 96. Et au dernier Eurovision, il aura fallu un Amir déchaîné au " Yououououou " infernal pour pouvoir accrocher une sixième place, à quatre petits points du Suédois. Depuis la saison 2013-2014, la France avait connu la même dégringolade au classement du coefficient UEFA, grande machine attribuant de façon froide et mathématique les invitations pour les Coupes d'Europe.


Et cela faisait cinq ans que la Ligue 1 n'avait plus envoyé trois clubs en phase de poules de C1, depuis cette saison 2012-2013 et les passages anecdotiques – une victoire en douze matchs – de Montpellier et de Lille dans la cour des grands. La faute à qui ? Aux clubs français eux-mêmes, pour démarrer, et à leur incapacité à se motiver pour la Ligue Europa, pourtant pourvoyeuse de points. Au Portugal, ensuite, qui a su jouer des épaules pour se faufiler à la cinquième place et ainsi empêcher au troisième de son championnat de se farcir le parcours du combattant troisième tour préliminaire + barrages. Mais ça, c'était avant. La France aborde la nouvelle saison en ayant retrouvé son strapontin, celui qui justifie encore que l'on place la Ligue 1 dans le sacro-saint club des " cinq grands championnats européens ".

Aulas le Vert


Une formule éculée, dépassée, mais qui fait encore chaud au cœur, comme une version footballistique de cette phrase du général de Gaulle : " L'Europe, c'est la France et l'Allemagne. Les autres, ce sont les légumes. " La recette de la remuntada est simple. Le coefficient UEFA d'un championnat est calculé à partir des résultats de ses équipes en Europe sur les cinq dernières saisons. Chaque match gagné rapporte des points, et le total des points obtenus par un championnat est divisé par le nombre de clubs présentés, puis ajouté aux scores des saisons précédentes. L'exercice 2011-2012 qui avait vu le Sporting Portugal en…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant