La Liga se retrouve du piment

le
0
La Liga se retrouve du piment
La Liga se retrouve du piment

Et si l'impossible se produisait… Aux commandes de la Liga avec un matelas conséquent, le Barça n'a pris qu'un point lors de ses trois dernières sorties. Une série néfaste qui permet à l'Atlético et au Real de revenir à portée de tir du leader blaugrana. Et qui rend au championnat un suspens excitant.

L'equipazo du week-end : Real Sociedad


"La victoire est à mettre au crédit de la Real plutôt qu'à la mauvaise performance du Barça". Ce sont par ces mots qu'Eusébio Sacristan entame sa conférence de presse post-match. Une analyse certes partisane, lui l'entraîneur du fanion de San Sebastián, qui n'enlève rien au partidazo de ses poulains. Bien que définitivement coincés dans le ventre mou du championnat, les Basques entament leur rencontre pied au plancher et installent un pressing tout-terrain pour contrer le tiki taka catalan. Rapidement, cette domination se concrétise : sur un splendide centre de l'éternel capitaine Xavi Prieto, le minot Oyarzabal trouve la lucarne de Claudio Bravo d'une tête croisée. S'ensuit alors une partition tout en solidarité du onze txuri-urdin. Recroquevillés dans leur camp, ils laissent un minimum d'espaces dans leur surface aux Blaugrana et misent sur l'activité de Carlos Vela pour déstabiliser l'arrière-garde adverse. Pour ce qui en est des opportunités concédées, ils comptent sur les prouesses d'un Rulli enfin à son niveau pour annihiler les espoirs d'un leader au tapis.

La Real confirme la baisse de forme du Barça

Le Don Quichotte du week-end : Koke


Oscar Ortega a bien bossé. En bon Profe qu'il est - son sobriquet en Espagne -, le préparateur physique de l'Atlético de Madrid amène les ouailles du Cholo en très grande forme en cette dernière ligne droite de la saison. L'illustration la plus parfaite en est offerte au Cornellà-El Prat, antre de l'Espanyol, par le survitaminé Koke. Longtemps quelconque en cet exercice, le canterano en aborde sa phase décisive comme un boulet de canon. Par deux passes autant décisives que géniales, la première pour Fernando Torres, la seconde pour Antoine Griezmann, il mène les Colchoneros vers une remontada - les Pericos ayant ouverts le score par l'intermédiaire de Diop. Une remontée fantastique qu'il conclut d'un coup de tête synonyme d'un succès…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant