La Liga cherche son roi, Madrid l'a trouvé .

le
0
La Liga cherche son roi, Madrid l'a trouvé .
La Liga cherche son roi, Madrid l'a trouvé .

Week-end de folie en Espagne. Après le "massacre" du Real Madrid, exécuté d'une main de maître par son voisin de l'Atlético, le Barça est revenu à un petit point du leader de Liga après sa manita basque. Entre Séville et Valence, la guerre pour la Ligue des Champions se cherche toujours un vainqueur.

  • Le partidazo du week-end : Athletic Bilbao/FC Barcelone
    - L'occasion était belle, trop belle. Et le Barça ne l'a pas laissée passer. En s'imposant en patron à Bilbao, le FC Barcelone est revenu à une petite unité du Real Madrid. Le tout avec la manière. Comme une évidence, c'est Leo Messi qui a mené le festival des hommes de Luis Enrique. Intenable, la Pulga a été à l'origine de toutes les actions chaudes barcelonaises. D'abord buteur chanceux sur coup franc, l'Argentin a permis à Luis Suarez de se dépuceler à l'extérieur en Liga. Par la suite, il a poussé Oscar de Marcos au CSC avant de servir sur un plateau Neymar puis Busquets, passeur décisif pour Pedrito. Entre temps, l'Athletic Bilbao avait réduit par deux fois l'écart. Loin de la fébrilité défensive affichée par intermittence cette saison, ces deux pions encaissés sont le fait d'un Claudio Bravo pour une fois peu inspiré. Plus que cette manita, la sixième de la saison, les Blaugranas ont récupéré le statut de favori dans cette Liga. Pis, sans un Neymar buteur mais gâcheur face aux cages et un Iraizoz en état de grâce, le score aurait pu être bien plus violent pour les locaux...

  • L'équipe du week-end : Atlético de Madrid
    "Il faut remercier les joueurs pour l'après-midi qu'ils nous ont fait passer". En conférence de presse d'après derbi madrileño, Diego Simeone se l'est joué modeste et a rendu tout le mérite à ses poulains. Avec ses deux lignes de quatre compactes, son duo offensif au travail de sape formidable, un Atlético capital a eu raison d'un Real Madrid minuscule. Trop intenses, trop rapides, trop intelligents, les ouailles du Cholo ont délivré 90 minutes parfaites. Grâce à une entame enivrante, et deux pions précoces qui doivent...




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant