La Libye sur «le chemin d'une démocratie musulmane»

le
1
INTERVIEW - Les nouvelles autorités ont déclaré dimanche que la législation serait fondée sur la loi islamique. L'annonce était attendue, estime l'islamologue Mathieu Guidère, qui écarte à court terme le risque d'une dérive islamiste.

lefigaro.fr. - Le président du CNT, Moustapha Abdeljalil, a officialisé le fait que la législation du pays serait fondée sur la charia, la loi islamique. Cela vous surprend-t-il ?

Mathieu GUIDERE. - Pas du tout. Le CNT l'avait annoncé dès le mois d'août et ce n'est pas surprenant pour un pays où les gens sont très croyants et où la pratique de l'islam est traditionnaliste et rigoriste. Dans le monde musulman, tous les Etats, à l'exception de la Tunisie, font référence à la charia comme source de la loi, surtout dans le domaine du droit personnel. Après, l'interprétation qui en est faite est plus ou moins littérale ou métaphorique. Surtout, c'est bien l'aile islamiste de l'opposition qui a, majoritairement, libéré Bengazi et Tripoli. Ils étaient en première ligne, ils ont sacrifié leur vie. Il fallait leur donner un signal de reconnaissance fort.

Cela représente-t-il une rupture avec le régime de Kadhafi ?

Pas vraiment. Après la tentative de coup d'état

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le lundi 24 oct 2011 à 14:57

    Comment cela s'est terminé en Iran ? dans des pays destrusturés il faut un chef ! alors dictature ? ou religion ? Bien sur la démocratie un jour ....