La Libye milite pour une baisse de production de l'Opep

le
0

LONDRES, 8 avril (Reuters) - L'Opep devrait changer de cap et réduire sa production de pétrole d'au moins 800.000 barils par jour (bpj) en prévision du retour de l'Iran sur le marché mondial, a dit le délégué de la Libye auprès de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Ces propos traduisent les divisions persistantes au sein de l'Opep au sujet de la préférence accordée en novembre 2014 à la défense des parts de marché plutôt qu'au soutien des cours, qui se sont effondrés de moitié depuis juin. Ce choix est particulièrement douloureux pour les pays les moins riches de ce cartel de 12 pays, comparé aux pétromonarchies du Golfe. "Les membres de l'Opep, en tant qu'entité, doivent réévaluer leur stratégie", écrit Samir Kamal dans un courriel adressé à Reuters. "(Ils) doivent parvenir à un accord pour réduire les niveaux de production d'au moins 800.000 barils par jour, spécialement maintenant qu'un accord a été trouvé avec l'Iran, qui devrait augmenter sa production", ajoute le délégué libyen auprès de l'Opep, responsable de la planification au sein du ministère du Pétrole de son pays. L'accord cadre conclu le 2 avril au sujet du programme nucléaire iranien pourrait entraîner à terme une levée des sanctions internationales contre la République islamique et faire bondir les exportations de pétrole iranien, réduites quasiment de moitié depuis 2012. Lors de la réunion de l'Opep en novembre, la Libye était dans le camp des partisans d'une baisse des quotas de production pour soutenir les cours. Trois ans et demi après le renversement de Mouammar Kadhafi, ce pays est plongé dans le chaos, avec deux gouvernements rivaux. L'Opep se réunira à nouveau le 5 juin pour définir sa stratégie. Selon le Koweït, cette réunion ne débouchera sur aucun changement politique. (Alex Lawler; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant