La Libye face à un avenir incertain

le
0
Les responsables du CNT ont annoncé la fin de la révolution et l'adoption de la charia islamique comme source du droit. Entre les différentes forces dans le pays, l'équilibre est précaire. Avec une vidéo BFMTV

De notre envoyé spécial à Syrte.

C'est depuis Benghazi que le vice-président du Conseil national de transition (CNT), Abdelhafiz Ghoga, a annoncé dimanche la fin de révolution libyenne. Le lieu n'est pas un hasard. C'est en effet dans la capitale de la Cyrénaïque qu'une manifestation anodine a dégénéré, le 15 février dernier, sous les yeux des fonctionnaires de l'inamovible Djamahiriyya. En quelques jours, elle s'est faite émeute puis révolution pour finir par emporter le régime puis le Guide lui-même. C'est là aussi que le CNT, cette nouvelle autorité libyenne, a été formée aux premiers jours de l'insurrection. C'est de là, enfin, que s'est négociée l'intervention de l'Otan.

Depuis quatre jours, la Libye est plongée dans une fête qui paraît sans fin, la foule agitant des drapeaux tricolores, tirant des rafales en l'air et racontant en boucle la fin de Chefchoufa, le «chevelu» - surnom de Kadhafi. «La liberté est une grande chose, son prix est lourd (

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant