La Libye accuse un avion soudanais d'être dans son espace aérien

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte, réaction du Soudan) BENGHAZI, Libye, 7 septembre (Reuters) - La Libye a annoncé samedi qu'un avion soudanais de transport militaire à destination de l'aéroport de Tripoli-Matiga, sous contrôle d'un groupe armé, était entré dans son espace aérien pour apporter des armes à un "groupe terroriste". Le Soudan a confirmé avoir envoyé un avion militaire mais indique que l'appareil contenait des équipements destinés à une force frontalière conjointe entre les gouvernements libyen et soudanais. L'Etat libyen est en déliquescence, trois ans après la chute de Mouammar Kadhafi. Des groupes armés, en partie liés aux islamistes, se sont emparés de la capitale Tripoli et ont mis sur pied un gouvernement et un parlement. Le gouvernement a dû se replier sur Tobrouk dans l'extrême-est du pays. "Cette action de l'Etat soudanais viole (la souveraineté) de l'Etat de Libye et est une ingérence dans ses affaires", lit-on dans un communiqué du gouvernement libyen qui dit avoir demandé à l'attaché militaire soudanais de quitter le pays. "Le Soudan interfère en soutenant un groupe terroriste", ajoute le communiqué. L'avion, à destination de l'aéroport de Matiga, a fait une halte pour se réapprovisionner en carburant dans l'oasis de Koufra dans le désert libyen près de la frontière soudanaise. Des armes ont été retrouvées à bord lors d'une inspection à l'aéroport de Koufra. Le communiqué ne dit pas si l'avion se trouve toujours à Koufra. Matiga est un aéroport militaire principalement utilisé pour les vols commerciaux compte tenu des dégâts subis pas l'aéroport international de Tripoli après des combats entre milices rivales. Matiga est contrôlé par une alliance de factions antigouvernementales. "Nous gouvernement libyen, dénonçons fermement le fait qu'un avion militaire soudanais ait pénétré dans l'espace aérien libyen sans autorisation officielle du gouvernement libyen. L'avion transportait des armes qui n'avaient pas été officiellement approuvées par le gouvernement libyen", lit-on dans le communiqué. Le Soudan, qui est dirigé par un gouvernement islamiste, a qualifié l'incident de malentendu. Il affirme que l'avion transportait des équipements pour une force frontalière conjointe entre les deux pays visant à lutter contre la contrebande et le trafic humain. "L'avion ne transportait pas de matériel pour les groupes armés en Libye", a déclaré un porte-parole de l'armée soudanaise Al Sawarmi Khalid, à la chaîne de télévision Shouruq. L'armée soudanaise n'intervient pas en Libye, dit-il. Les Libyens sont à même de surmonter la crise sans intervention extérieure, ajoute-t-il. Mouammar Kadhafi finançait les rebelles du Darfour soudanais mais les relations entre les deux pays se sont nettement améliorées depuis son renversement. Comme d'autres pays voisins, le Soudan a entraîné des militaires libyens dans le cadre de l'effort de la communauté internationale pour mettre sur pied une armée et une police ne Libye. (Ahmed Elumami, Feras Bosalum et Ali Abdelati; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant