La LFP met la pression sur « Mon Petit Gazon »

le
0

Selon des informations publiées par Francetv Info vendredi, la LFP envisagerait d’entamer une action en justice envers « Mon Petit Gazon », un jeu de Fantasy basé sur la L1 et au succès retentissant depuis cinq ans.

La Ligue de Football Professionnel pourrait bientôt débuter une croisade qui aurait tout pour nuire à son image. Francetv Info a en effet révélé ce vendredi qu’elle pourrait prochainement entamer une action en justice à l’encontre du site « Mon Petit Gazon », sans préciser sa nature exacte. Toujours est-il que la LFP souhaite s’attaquer à ce jeu de Fantasy, concept ultra populaire aux Etats-Unis et en voie de développement en France. Le principe ? Pour faire simple, les performances des sportifs dans la vie réelle font gagner des points virtuels à ceux qui les ont sélectionnés, le barème variant selon les systèmes. Dans le cas de « Mon Petit Gazon », le jeu lancé en 2011 se base sur la L1. Un but d’un joueur dans un match équivaut à un but virtuel, avec la possibilité d’en inscrire d’autres avec les notes établis via les statistiques recueillies par la LFP sur chaque rencontre.

L’Equipe avait déjà menacé « MPG »

Les fondateurs du site ont réalisé un algorithme pour évaluer chaque joueur sur dix afin de répondre à la menace de L’Equipe. Le quotidien était en effet mécontent que ses notes, qui font en partie son succès les lendemains de matchs de championnat, soient utilisées dans le cadre du jeu, comme c’était le cas au départ. « On a eu des échanges avec eux l'année dernière, des rappels à l'ordre : on nous a demandé d'effacer toute allusion à L'Équipe sur notre site, expliquait Benjamin au cours d’un entretien accordé à So Foot en septembre 2014. On ne voulait pas être en conflit juridique avec eux au sujet de l'utilisation de leurs données. Il n'y a pas eu de problème mais c'était une épée de Damoclès au-dessus de notre tête. Même si on génère des milliers de visites sur leur site, il était possible qu'ils s'énervent. »

Concurrence déloyale ?

Comme la Ligue le fait actuellement. Ce qu’elle reproche à celui que les 200 000 participants nomment affectueusement « MPG » s’inscrit dans une zone grise. Interrogée par Francetv Info, l’avocate Anouck Michelin y voit un « objectif plus commercial que judiciaire ». « Elle aurait agi avant si le bienfondé de leur action leur paraissait incontestable », s’étonne-t-elle. Réagir près de cinq ans après la création du jeu semble en effet plus opportuniste qu’autre chose. Un petit coup de pression donc, même si la LFP y met les formes. Elle a même mandaté, toujours d’après Francetv Info, le cabinet d’avocats Joffe & Associés pour préparer une action en justice. Un angle d’attaque pour lui ? Faire jouer la concurrence déloyale ou faussée avec la Fantasy lancée par la Ligue elle-même en 2011 et qui ne rencontre pas le même succès que sa cousine illégitime. Pour preuve, les chiffres du nomre d’inscrits ne sont même plus communiqués.

« Je doute qu’on soit leur priorité »

Pendant ce temps-là, Grégory Rota confesse avoir assuré ses arrières. « On a juste reçu une lettre de la LFP au début de l’année et on a répondu à ses questions, a-t-il expliqué à Francetv Info. Au moment de la création du site, on avait consulté un cabinet d’avocats, qui nous avait assuré qu’il y avait peu de risques. On avait aussi fait une demande d’autorisation à la Ligue mais on n'a jamais reçu de réponse. » Le cofondateur de « MPG » espère désormais que cette histoire se tassera, d’autant que la LFP a certainement la tête ailleurs en ce moment. « Ils ont beaucoup de boulot avec le départ de Frédéric Thiriez, je doute qu’on soit leur priorité. Je ne vois pas comment on peut les déranger avec notre jeu alors qu’au final, on fait plus la promotion de la Ligue 1 qu’autre chose. »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant