La LFP et EA Sports lancent la e-Ligue 1

le
0
La LFP et EA Sports lancent la e-Ligue 1
La LFP et EA Sports lancent la e-Ligue 1

Petit événement ce mardi matin au siège de la Ligue de football professionnel (LFP), où son directeur général exécutif Didier Quillot et EA Sports, la firme de jeux vidéo américaine, ont annoncé le lancement de la e-Ligue 1. Dès le mois de novembre, cette Ligue 1 virtuelle opposera sur le jeu FIFA 17 des joueurs représentants les vingt clubs du championnat de France. Une première en Europe et qui colle parfaitement avec la stratégie affichée par la LFP : le développement de la marque Ligue 1. 

Qu'est-ce que cette e-Ligue 1 ? 

Penchant virtuel de la Ligue 1, elle mettra en scène des joueurs de FIFA 17. Le principe ? Pour débuter, un joueur choisit de représenter un des 20 clubs de L1. Il hérite ensuite d'un effectif aléatoire, composé uniquement de joueurs de L1, qu'il peut améliorer au fur et à mesure des rencontres en fonction de ses résultats. Le but étant de remporter le plus de matchs possibles pour accéder aux phases finales. 

La compétition a d'abord lieu en interne. Par exemple, tous les joueurs ayant choisi de représenter Lorient s'affrontent. Seul le meilleur peut ensuite prétendre à affronter les représentants des autres clubs et devenir champion de France. 

Qui peut participer ? 

Se souhaitant ouverte au plus grand nombre, la e-Ligue 1 concerne l'ensemble des joueurs de FIFA 17. Sur deux supports : PlayStation 4 (PS4) et Xbox One. Où que l'on se trouve en France (et même dans le monde), il est possible de prendre part à la compétition, puisque celle-ci a lieu en ligne. «Les joueurs professionnels peuvent également, s'ils le souhaitent, participer à cette e-Ligue 1», précise Mathieu Ficot, directeur du développement économique de la LFP. 

Quel est le calendrier ?

La compétition sera répartie en trois grandes phases. La première débute dès novembre avec le tournoi d'hiver et prendra fin en janvier. La seconde, le tournoi de printemps, aura lieu de février à mars. De ces deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant