La Lettonie, un havre pour l'informatique russe

le
0
La Lettonie, un havre pour l'informatique russe
La Lettonie, un havre pour l'informatique russe

Les entreprises informatiques russes ont trouvé en Lettonie un havre pour y déposer leurs données en ayant recours à la technologie du "cloud computing" en plein essor dans ce petit pays balte où la communauté russophone représente un tiers de la population.Les Russes "veulent protéger leurs données de toute ingérence du gouvernement ou de leurs concurrents", explique à l'AFP un expert en informatique letton sous couvert de l'anonymat. "Et la meilleure façon de le faire est de placer à l'extérieur de la Russie ces données primaires ou au moins une copie", ajoute-t-il.En Russie, les entreprises redoutent les opérations de vérification de la police qui peut décider facilement de saisir leur matériel informatique.Le cloud computing permet à l'utilisateur de sauvegarder ses données et ses applications informatiques sur des serveurs distants (comme autant de nuages) et de les exploiter en passant par internet, au lieu de les stocker localement sur des disques durs.Les entreprises peuvent ainsi réduire leurs coûts d'investissements dans le matériel et les logiciels, mais elles doivent accepter de délocaliser leurs données.Alléchées par le marché russe, les sociétés lettones spécialisées dans le cloud computing ont fait de gros efforts pour persuader leurs clients que leurs données étaient en sécurité chez elles.Selon une récente étude de la société Fast Market Research, le secteur des technologies de l'information en Russie devrait croître de 11% en 2013, à 18,7 milliards d'euros.Le cloud computing n'en représente encore qu'une faible part - environ 91,4 millions d'euros - mais progresse de 40% à 60% par an, selon la société d'études de marché IDC.Ainsi, le chiffre d'affaires de la société de services informatiques DEAC basée en Lettonie a bondi de 46% l'an dernier avec plus de 500 projets avec la Russie, l'Ukraine et le Belarus.Sur son site web, DEAC assure qu'en utilisant ses centres...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant