La lente décroissance du catholicisme en Europe

le
2
Malgré toutes les crises, le continent européen maintient un noyau de catholicisme actif et profond, plus ou moins important selon les pays, mais relativement stable.

Le catholicisme européen, pour usé qu'il soit, connaît plutôt une stabilité dans les populations liée à son statut historique, spirituel et culturel. Mais elle est associée à une lente décroissance, dont le vieillissement du clergé est le symptôme. La crise de confiance provoquée par la révélation des scandales de prêtres pédophiles, en Irlande et en Alle­magne notamment, affecte la situation mais de façon passagère, comme l'ont démontré les États-Unis, qui l'ont connu beaucoup plus tôt et qui voient aujourd'hui un retour à la normale. Ce qui indique pour l'avenir que, malgré toutes les crises, le continent européen, de très ancienne chrétienté, maintient un noyau de catholicisme actif et profond, plus ou moins important selon les pays, mais relativement stable.

Ainsi les chiffres des baptê...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le vendredi 8 mar 2013 à 20:50

    gmailla7 Plus on a de l'instruction, de la connaissance et du savoir moins on est croyant aveugle. On réfléchit, on raisonne. Plus on est bête, crédule, et naïf, plus on adhere à une religion.

  • gmailla7 le vendredi 8 mar 2013 à 19:04

    AU PROFIT DE QUI CHERCHER!!!!!!!!!!!!!!!