La légitime défense retenue pour le buraliste marseillais

le
0

MARSEILLE (Reuters) - Le buraliste de Marseille qui a blessé lundi un malfaiteur avec un fusil équipé de balles en caoutchouc, a réagi en situation de légitime défense et sera remis en liberté dans la soirée, a déclaré le procureur de la République de Marseille.

Brice Robin a déclaré lors d'une conférence de presse que la riposte lui paraissait "proportionnée à l'agression" et qu'aucune poursuite n'était "envisagée pour l'instant".

Atteint à la cuisse par un tir du fusil à pompe, l'un des agresseurs âgé de 17 ans a été opéré dans l'après-midi d'une fracture du fémur.

"Des éléments issus de trois caméras vidéo de l'établissement, il ressort que les conditions de la légitime défense semblent réunies. Légitimement, le gérant pouvait se croire sérieusement menacé par trois individus armés", a précisé Brice Robin lors d'une conférence de presse.

"La riposte me semble proportionnée à l'agression, raison pour laquelle l'auteur de ces tirs sera remis en liberté dans la soirée. Je n'envisage pas pour l'instant des poursuites à son encontre", a ajouté le magistrat.

A Nice, le 13 septembre dernier, un bijoutier qui avait abattu un homme qui venait de lui dérober des bijoux dans le centre de la ville a été mis en examen pour homicide volontaire.

Stephan Turk, pour lequel le parquet n'avait pas retenu la légitime défense, a été assigné à résidence avec port d'un bracelet électronique et a bénéficié d'une forte mobilisation sur internet.

A Marseille, selon les premiers éléments de l'enquête, quatre personnes ont tenté vers 6h50 d'attaquer un bar tabac du 12e arrondissement de Marseille, dans les quartiers Est.

LES BURALISTES EN COLÈRE

Tandis qu'un des malfrats demeurait au volant d'un véhicule, les trois autres équipés d'un fusil à pompe et de deux armes de poings ont été bloqués par une porte vitrée automatique installée après un précédent braquage survenu au mois d'août 2013. Trois personnes sont toujours en fuite dans cette affaire.

Le commerçant a fait feu à deux reprises dans leur direction, blessant sérieusement l'un des assaillants à la cuisse avec un fusil à pompe légalement détenu par son neveu, gérant de droit du bar-tabac.

Placé en garde à vue sur son lieu d'hospitalisation, l'agresseur blessé devrait être poursuivi pour "tentative de vol avec armes commis en bande organisée".

Il s'agit d'un mineur qui devait fêter ses 18 ans au mois de décembre. "Aucune condamnation ne figure sur son casier judiciaire même s'il est connu des services de police pour des infractions modestes", a dit le procureur.

La Confédération des buralistes a demandé à rencontrer d'urgence le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. Selon son président, Pascal Montredon, deux agressions par jour se déroulent actuellement dans le réseau des buralistes "et entre janvier et juin, les buralistes ont subi 341 attaques".

"Depuis plusieurs mois, les buralistes demandent la mise en place de solutions concrètes, face à la hausse permanente de l'insécurité qui touche leur profession, comme la possibilité d'installer de la vidéoprotection à l'extérieur de leurs points de vente", écrit-il dans un communiqué.

Jean-François Rosnoblet, avec Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant