La législative partielle dans le Doubs ne passionne pas les électeurs

le
0
La législative partielle dans le Doubs ne passionne pas les électeurs
La législative partielle dans le Doubs ne passionne pas les électeurs

Le ciel est aussi bas que gris. Le froid glace jusqu'aux os. Il neige. En cette veille de scrutin, les panneaux électoraux sont les grands oubliés de ce triste samedi d'hiver. Personne pour s'attarder devant les affiches des candidats à la succession de Pierre Moscovici. Le PS parviendra-t-il à sauver son siège ? Le FN à en gagner un troisième ? L'UMP désormais présidée par Sarkozy à enregistrer sa première victoire électorale ? Loin de l'agitation des états-majors ou des rédactions parisiens, l'élection législative partielle qui se tient aujourd'hui dans la 4e circonscription du Doubs ne déchaîne pas les foules à Sochaux. Dans ce berceau de l'industrie automobile frappé par la désindustrialisation, la désillusion le dispute à la colère. « L'aventure Peugeot », emblème du musée de la ville, rappelle les années fastes. A quelques encablures, Jean, 61 ans, dont quinze ans comme cariste pour la marque au lion (10 000 employés sur le site), confie que, justement, il en est revenu de l'aventure Peugeot. « La semaine dernière, la cadence a été augmentée, mais la semaine prochaine, ça chôme. Et en février-mars, ça ne sera pas mieux », prédit-il. Il n'ira pas voter : « Ça ne changera rien pour l'usine et à la fin on aura toujours le même salaire », assure-t-il tout en saluant Ahmed, un ancien collègue. Qui lui non plus ne glissera pas de bulletin dans l'urne. « Pas la peine », souffle le retraité.

La crise dans toutes les têtes

Michèle a, elle, encore un brin d'espoir. Sans emploi à 61 ans, elle se dit que les politiques sont « peut-être » en mesure de changer les choses. « Enfin, c'est un grand peut-être... » reprend-elle en faisant la moue. Derrière son bar, Mustafa ne sent pas non plus un enthousiasme débordant pour l'élection. Au comptoir de Chez Mouss, son petit établissement du centre-ville, on parle foot, emploi, pouvoir d'achat et impôts. De temps en temps, ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant