La leçon espagnole

le
0
La leçon espagnole
La leçon espagnole

Ca y est l'Espagne est qualifiée! Et avec la manière. Les hommes de Del Bosque ont offert un récital de football collectif à de faibles Turcs. Inspirés les Espagnols en ont aussi profité pour rappeler que les vrais favoris du tournoi, c'est eux.

Espagne 3-0 Turquie

Buts : Morata (34,48eme) et Nolito (37ème) pour les Espagnols

C'est qu'on appelle une mise au point. Alors que certains parlaient de fin de cycle après la débâcle brésilienne, alors que Del Bosque était critiqué, que De Gea est toujours au cœur de la polémique, que Nolito et Morata n'avaient pas complètement convaincus, la Roja a rappelé a tout le monde qu'elle n'était pas la double tenante du titre pour rien. Le tout en proposant son football de toujours, dans un fauteuil, en dominant outrageusement et en offrant une vraie leçon de jeu collectif, en mouvement, dans les espaces, sur les ailes, dans les pieds. Un peu partout en fait. Le football pour les Nuls enseigné à de faibles Turcs pendant 90 minutes. Une manière de dire à tout le monde, qu'en faitn le vrai favori du tournoin c'est bien la Roja. La France gagne ses matchs dans le temps additionnel, l'Allemagne est embourbée dans un tiki-taka un peu contre nature, l'Angleterre n'arrive pas à faire le jeu. Les ouailles de Del Bosque, eux, jouent leur football de toujours, ils ne se renient pas et connaissent leurs gammes sur le bout des doigts. Comme les Italiens qui jouent sans prétention et avec leurs moyens. Sans doute pas une coïncidence si les deux équipes sont celles qui ont le plus convaincu après deux matchs.

Le football pour les Nuls


Il est des choses immuables comme le soleil de Nice en juin, le boucan fait par les supporters turcs, les simulations grotesques de Sergio Busquets, ou la possession de balle espagnole. Bref, le début de match offre ce à quoi on s'attendait. Du classique au programme. Le problème avec le classique, c'est qu'il devient rapidement monotone. Du coup, on s'ennuie presque pendant 30 minutes. Les hommes de Fatih Terim ne proposent pas grand chose. Burak Yilmaz, fort comme un Turc, met des coups, sans doute veut-il prouver qu'il est le digne successeur d'Hakan Sukur, le sens du but en moins. Les Espagnols, eux, jouent à leur main mais à un rythme de sénateurs, on se demande presque si ils sont capables d'accélérer. Et la réponse ne se fait pas attendre. Peu après la demi-heure, Morata plante la première banderille. Bien servi par Nolito, il ajuste…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant