La langue japonaise et les ordinateurs: une affaire de caractères

le
0
La langue japonaise et les ordinateurs: une affaire de caractères
La langue japonaise et les ordinateurs: une affaire de caractères

Quand il était écolier, Akihiro Matsumura passait des centaines d'heures à mémoriser le tracé de milliers de "kanji", ces idéogrammes d'origine chinoise utilisés dans la langue japonaise. Aujourd'hui qu'il est étudiant, son smartphone, sa tablette et son ordinateur portable les écrivent pour lui.A 23 ans, il ne se préoccupe plus de la façon précise d'écrire à la main ces caractères complexes, il se fie à tous ses gadgets qui lui permettent de les saisir aisément. "Quelquefois, je ne prends même pas de notes dans des cours. Je fais juste une photo avec ma tablette de ce qu'écrit le prof au tableau", dit-il. Comme des millions de personnes en Asie de l'Est, il oublie les caractères utilisés depuis des siècles pour écrire le chinois et le japonais.Du coup, la technologie serait-elle un encouragement à la paresse? Pas si sûr.Si certains dénoncent ce qu'ils considèrent comme une perte de rapport à l'Histoire et à la culture, d'autres assurent au contraire que le progrès technique a libéré le cerveau pour plein d'autres choses plus utiles, comme par exemple l'apprentissage des langues étrangères. Professeur de droit à l'université Sophia près de Tokyo, Naoko Matsumoto estime même que ses étudiants écrivent davantage que leurs prédécesseurs. "J'ai la quarantaine et, comparés à ceux de ma génération, ils écrivent de plus en plus, notamment via Twitter et les réseaux sociaux", dit-elle. "C'est vrai aussi, reconnaît-elle, que savoir écrire les kanji à la main et à la perfection est moins indispensable qu'auparavant".Il faut dire que le japonais est sans doute l'un des plus gros "casse-tête linguistiques" qui soit. Le Japon a importé de Chine idéogrammes et pictogrammes au cours du premier millénaire et a incorporés ces kanji à son système d'écriture. Vers les VIIIe et le IXe siècles apparaît le système syllabaire des "hiragana". Alors que chaque kanji ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant