La Knesset durcit les conditions d'un partage de Jérusalem

le
0
    JERUSALEM, 27 juillet (Reuters) - Une proposition de loi 
destinée à durcir les conditions d'un partage de Jérusalem dans 
le cadre d'un éventuel accord de paix avec l'Autorité 
palestinienne a été adoptée mercredi en première lecture au 
parlement israélien, alors que la tension continue à règner dans 
la ville sainte.  
    Le texte prévoit que toute cession d'uneparte de la ville à 
"une entité étrangère" devra être approuvée par la Knesset à la 
majorité des deux tiers. Il a été adopté par 51 voix contre 41. 
La droite et l'extrême droite, qui soutiennent le gouvernement 
de Benjamin Netanyahu, disposent de 67 des 120 sièges 
parlementaires.  
    Deux nouvelles lectures, qui pourraient avoir lieu à la 
reprise de la session parlementaire, en octobre, sont 
nécessaires pour qu'il entre en vigueur. 
     Le statut de Jérusalem, qu'Israël considère comme sa 
capitale "éternelle et indivisible", est l'un des principaux 
points de blocage du processus de paix.     
     Des affrontements israélo-palestiniens d'une violence sans 
précédent depuis plusieurs années ont éclaté la semaine dernière 
dans la vieille ville après l'installation de détecteurs de 
métaux aux abords de l'esplanade des Mosquées.  
     La mesure a été décidée après la mort de deux policiers, 
tués le 14 juillet sur le site par des Arabes israéliens. Le 
gouvernement israélien a finalement décidé de retirer les 
portiques mardi pour les remplacer par des caméras de 
surveillance, mais les Palestiniens réclament le retour à la 
situation antérieure.   
 
 (, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant