La Juventus remporte le classique

le
0

Au terme d'un match enjoué, la Juventus a pris le meilleur sur le Milan AC (3-1). Tout sauf une surprise, même si les Rossoneri ont chèrement vendu leur peau.

  • Juventus Turin/Milan AC : 3-1
    Buteurs : Tevez (14e), Bonucci (31e), Morata (65e) pour la Vieille Dame ; Antonelli (28e) pour les Milanais.

    Un quart d'heure le temps de voir Tevez ouvrir le score puis trois minutes entre l'égalisation d'Antonelli et l'avantage repris par la Juventus grâce à Bonucci. Voilà la période durant laquelle le Milan a pu penser obtenir un résultat sur la pelouse de son rival historique. Faibles espoirs donc pour le Diavolo mais peut-on vraiment lui en vouloir ? La 2 CV d'Inzaghi a beau avoir les meilleures intentions du monde, elle ne peut simplement pas rivaliser avec la Ferrari – oui, oui le Cheval cabré fait bien partie du groupe Fiat – de Massimiliano Allegri. La Juventus file vers son quatrième Scudetti consécutif, le Milan doit lui entamer son nouveau cycle.
    La Juventus à son aise
    Un contre éclair, un ballon en profondeur de Morata pour Tevez parti à l'extrême limite du hors-jeu et le sang froid de l'Apache pour ouvrir le score sereinement devant Diego Lopez. Le Milan ne fait même pas illusion plus d'un quart d'heure se dit-on. Car si l'écart entre les deux équipes est immense au coup d'envoi (21 points au classement) - il suffisait d'ailleurs de lire la feuille de match pour s'en persuader – le Milan, même dominé, parvient à revenir dans le match grâce à Antonelli qui égalise de la tête sur corner (28e). Les plus fidèles supporters milanais ne s'y attendaient sans doute pas ou peut-être que si. Enfin qu'importe puisque dans la foulée le Milan témoigne encore de ses errements sur coups de pieds arrêtés défensifs. Bonucci redonne l'avantage à la Vieille Dame au terme d'un corner cafouillé et dédicace son but à Bernard Montiel, enfin pas vraiment mais la chute vaut le coup d'œil (31e). Arrigo Sacchi doit se retourner dans sa tombe – ah il n'est pas mort ? – tellement la dimension tactique est absente des débats. On se croirait presque en Premier League. Le duo ghanéen Essien-Muntari du Milan AC non sélectionné à la CAN – c'est dire – a beau distribuer les savates, la Juventus est simplement supérieure à l'image de Paul Pogba qui multiplie les gestes de grande classe. A peine le temps de voir Menez, apparemment malade, sortir et être remplacé par Pazzini, ou le Milan être à nouveau dangereux sur corner et la première période se termine. Déjà. Le spectacle est au rendez-vous.






  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant