La Juventus est-elle "Tévez dépendante" ?

le
0
La Juventus est-elle "Tévez dépendante" ?
La Juventus est-elle "Tévez dépendante" ?

Quatre matchs qu'il ne marque plus, trois matchs que la Juve ne gagne pas. Hasard ou coïncidence, le manque de réussite actuel du champion d'Italie semble intrinsèquement lié à celui de son buteur argentin. Mais au fait, la Vieille Dame serait-elle la même sans son Apache ?

Samedi 22 novembre 2014. Voilà donc vingt-six jours que le petit gobelin de la Juventus n'a plus entendu le bruit jubilatoire du cuir qui fouette les filets adverses. Vingt-six jours et ce 3-0 net et sans bavure infligé à la Lazio de Rome de Stefano Pioli. Au soir de cette douzième journée, Carlitos Tévez totalisait neuf réalisations en onze apparitions avec la Vieille Dame et squattait, de fait, la première place du classement des buteurs de Serie A. Désormais confortablement installée dans son 4-3-1-2 mis en place quelques semaines auparavant, la Juve retrouvait ses plus belles couleurs et laissait la Roma à trois unités. Un mois et zéro but de l'Apache plus tard, les Bianconeri sortent d'une série de trois nuls consécutifs et entament leur dernier match de championnat de l'année avec une chose qu'ils ne connaissent plus vraiment : la pression. Car oui, si la Juve ne gagne pas à Cagliari ce soir et que la Louve parvient à battre Milan à l'Olimpico samedi, les Turinois passeront les fêtes de fin d'année dans la peau du dauphin. Chose qu'ils n'ont plus connue depuis un an, un mois et huit jours.
Seul contre tous
Si l'Apache n'a encore jamais pété les compteurs italiens comme ont pu le faire Ronaldo et Messi en Espagne ou Suárez en Angleterre, force est de reconnaître qu'un Carlos Tévez, c'est tout de même dix-sept buts, en moyenne, dans une saison. Avec des pics à 25/30 dans les années fastes et des descentes à 4/5 par temps de crise. Autrement dit, une valeur sûre. Or, quand le binôme Tévez/Llorente assurait l'an passé la quasi-totalité du rendement offensif de la Juventus avec une constance impressionnante (19 buts pour l'Apache, 16 pour l'Espagnol), la donne est tout autre aujourd'hui. Souvent en ballottage avec l'ex-Madrilène Álvaro Morata, la grande perche aux yeux bleus peine à s'imposer aux côtés de son petit coéquipier qu'il connaît pourtant bien. Résultat, Fernando Llorente a inscrit cette saison trois petits pions pour douze titularisations sur les prés de Serie A. Un ratio faible, pour ne pas dire médiocre, et évidemment insuffisant pour suppléer Carlos Tévez lors des éventuels passages à vide.

Pendant que l'un sommeille, l'autre ne satisfait pas beaucoup plus. Cet autre, c'est Álvaro Morata, recruté cet été par la Juve pour la coquette somme de vingt millions d'euros. Blessé au genou sitôt son contrat de cinq ans paraphé, le jeune Espagnol n'a pas pu goûter à l'intense...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant