La Juve s'impose mais doit encore patienter

le
0
La Juve s'impose mais doit encore patienter
La Juve s'impose mais doit encore patienter

La Vieille Dame devait absolument s'imposer sur sa pelouse face à la Fiorentina et espérer, dans le même temps, un faux pas de la Lazio contre la lanterne rouge parmesane. Les hommes de Max Allegri ont rempli leur mission en s'imposant 3 buts 2, manque de pot, les Romains n'étaient pas décidés à lâcher le morceau.

Juventus 3-2 Fiorentina Buts : Llorente (36e), Tevez (45e) et (70e) pour la Juve / Rodriguez (33e), Ilicic (91e) pour la Fiorentina

Son nom : Tévez. Son prénom : Carlos. D'un coup de casque malicieux et d'une frappe croisée millimétrée, le meilleur attaquant de la Serie A a fait plier une Fiorentina qui avait pourtant bien débutée la rencontre. En ouvrant le score sur pénalty dès la demi-heure de jeu, les hommes de Vicenzo Montella pensaient sans doute refaire le coup du 5 mars dernier où ils étaient venus s'imposer en demi-finale aller de coupe d'Italie. Malheureusement pour eux, ce soir, l'avant-garde bianconera avait décidé de revêtir son costume des grands soirs. Malgré le coup franc somptueux d'Ilicic dans les ultimes instants de la partie, la formation viola concède sa quatrième défaite d'affilée en championnat. À l'évidence, les Florentins devront tout donner en Ligue Europa pour sauver leur saison. Quant à la Juve, le sacre n'est pas encore pour ce soir à cause de la victoire de la Lazio. Mais il se rapproche de plus en plus.
Action, double réaction
Première période de grande intensité au Juventus Stadium. Piqués au vif après leur premier Derby della Mole perdu depuis 1995, la Juve de Max Allegri décide, comme à son habitude, de prendre les cartes en main. Après un round d'observation d'une douzaine de minutes, Stefano Sturaro (15e) puis Fernando Llorente (21e) donnent ses premières sueurs froides à l'arrière-garde florentine. Ce à quoi répondent Matías Fernández et Mario Gómez quelques instants plus tard, sans toutefois inquiéter un Gigi Buffon qui veille au grain. À la demi-heure, la Vieille Dame a nettement pris le jeu à son compte mais se fait surprendre par le petit Joaquín qui zigzague dans la défense turinoise. Pirlo laisse trainer sa jambe, l'Espagnol s'effondre, pénalty pour la Fio.

Gonzalo Rodríguez bombarde Buffon pourtant parti du bon côté. Montella respire, ses ouailles mènent 1-0. Mais pas pour longtemps. À peine trois minutes…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant