La Juve écrase la Fiorentina et s'offre une finale

le
0
La Juve écrase la Fiorentina et s'offre une finale
La Juve écrase la Fiorentina et s'offre une finale

Défaite 2 à 1 lors du match aller à domicile, la Juventus n'a pas fait de détails pour inverser la tendance sur la pelouse de la Fiorentina (0-3). Les Bianconeri n'attendent plus que leurs adversaires en finale (Lazio ou Napoli) et peuvent toujours rêver, si ce n'est du triplé, au moins du doublé.


Fiorentina - Juve
(0-3)

A. Matri (21'), R. Pereyra (43'), L. Bonucci (58') pour Juventus Turin.


Depuis bientôt quatre saisons, il n'y a qu'une loi qui prévaut en Serie A : celle de la Juventus. Ce n'est pas bien difficile de s'en convaincre, il suffit de constater les trois, et bientôt quatre, Scudetti consécutifs remportés par les Bianconeri. A l'inverse, la Coupe d'Italie fait figure du dernier village qui résiste face à l'envahisseur. Mais les percées bianconere finiront bien par percer les remparts. Quand même la dernière roue du carrosse parvient à s'immiscer sur le devant de la scène, il y a effectivement fort à parier que cela arrivera bientôt. En l'occurrence il s'agit d'Alessandro Matri, titularisé pour la première fois depuis trois mois et son retour à Turin. Et encore pour cause de forfait de Carlos Tevez. Pourtant c'est bien l'ancien Milanais qui ouvre le score dès la 21ème minute et place la Juventus sur les bons rails. Non pas que son but opportuniste soit une démonstration irréfutable de son talent, mais il suffit à faire plonger la Fiorentina. Pereyra et Bonucci se chargeront avant et après la pause d'achever le travail et de confirmer que le succès florentin du match aller restera autant un exploit qu'un accident. Ses adversaires sont prévenus, cette Vieille Dame là est bien difficile à faire tomber.
La Vieille Dame prend la main
La Juventus n'alignera décidemment jamais sa meilleure formation en Coupe d'Italie. Même quand Massimiliano Allegri décide de jouer le coup à fond, le sort s'en mêle. Tevez et Lichtsteiner accusent effectivement des gênes musculaires avant la rencontre et sont contraints à céder leurs places à Matri et Padoin. Sur la première véritable opportunité de la partie, le joueur prêté par le Milan AC satisfait toutefois puisqu'il ouvre sereinement le score, à l'affut d'une frappe contrée de Pereyra après une récupération haute de Marchisio. Réussite maximum pour la Vieille Dame qui a déjà fait la moitié du chemin. Sturaro est même proche d'inscrire un second but dans la foulée mais il glisse au moment de conclure....








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant