La Juve bis dégoûte le Napoli

le
0
La Juve bis dégoûte le Napoli
La Juve bis dégoûte le Napoli

Dans une ambiance de fête au Juventus Stadium, le Napoli n'aura jamais réussi à prendre le contrôle d'un match que disputaient pourtant les remplaçants de la Juve. Une prestation fantastique de Buffon et les buts de Pereyra, Sturaro et Pepe auront suffi (3-1).


Juve - Naples
(3-1)

R. Pereyra (13'), S. Sturaro (77'), S. Pepe (92') pour Juventus Turin , David López (50') pour Naples.


Situé à trois points de deux équipes romaines qui s'apprêtent à s'entretuer ce lundi à l'Olimpico, le Napoli n'avait pas le choix cet après-midi à Turin : les trois points sinon rien. Ou plutôt, les trois points sinon la Ligue Europa. Pourtant, après l'égalisation de David Lopez au début de la reprise, les hommes de Benitez n'auront jamais joué avec l'urgence du résultat. Un joli mouvement de Sturaro à l'entrée de la surface aura même suffi pour que les Azzurri rentrent chez eux les mains vides, ou plutôt avec une défaite méritée, et cette très vilaine image du coup de tête de Britos sur Morata. Allegri peut donc remercier ses remplaçants, exemplaires devant leur public, mais surtout un Gigi Buffon exceptionnel, auteur de trois parades décisives et de l'arrêt du pénalty d'Insigne. De bon augure avant Berlin.

Coman casse le cadenas, Pereyra ouvre le coffre


Comme contre l'Inter samedi dernier, Allegri fait confiance à ses remplaçants en cette période de préparation de finale de Berlin. 4-3-1-2 avec Ogbonna, Padoin, Sturaro, Pereyra, Coman et Asamoah entrent en scène. Le Ghanéen est d'ailleurs l'homme de ce début de match, à ses dépens. En deux minutes, une passe en retrait trop courte et un tacle largement en retard suffisent pour confirmer la place de titulaire d'Evra en finale le 6 juin prochain. Mertens en profite pour lancer les siens avec un superbe enchaînement à l'entrée de la surface, mais la frappe du Belge est déviée en corner par Buffon. Dans la foulée, le portier doit à nouveau s'employer face à une tête d'Higuain. Benitez utilise son 4-2-3-1 classique à la structure lourde (la paire formée par Gargano et David Lopez) et aux ailes légères (la triplette Callejon-Insigne-Mertens).

Mais Barzagli s'occupe de dissuader les offensives napolitaines et la pression retombe rapidement. A la 13e minute, une balle piquée de Coman (dont la coiffure pourrait être un…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant