La Juve a fait le boulot

le
0
La Juve a fait le boulot
La Juve a fait le boulot

Au terme d'un match assez terne, la Juve réaliste, a su concrétiser une de ses rares occasions pour battre une Lazio sérieuse mais limitée offensivement. Deux matchs, deux victoires en Serie A: sans forcer leur talent, les hommes d'Allegri confirment leur bon début de saison.

Lazio 0-1 Juventus

But : Khedira (66e)

Un but et rideau. Un concept vu et revu du coté de Turin, que les joueurs de Massimiliano Allegri mettent parfaitement en exécution dès la 66ème minute. Le moment choisi par Sami Khedira pour claquer une frappe croisée qui bat Marchetti. La Lazio, jusqu'ici bien en place mais brouillonne offensivement, ne reviendra pas. Les Bianconeri, à défaut d'être brillants et avec de nombreux cadres absents ou sur le banc, ont su être solides et efficaces.

La Lazio est dans le coup


Soir de première avec le maillot turinois en Serie A pour Mehdi Benatia. En l'absence de Bonucci, Massimiliano Allegri titularise en effet le Marocain en défense centrale. Pour le reste, la Juve opte pour son 3-5-2 maison avec Sandro et Daniel Alves sur les ailes, même si elle choisit de se passer au coup d'envoi de deux de ses deux recrues phares, Gonzalo Higuain et Miralem Pjanić, restées sur le banc. L'attaque est donc confiée à Mario Mandzukic et Paulo Dybala. La Lazio opte elle pour un 3-4-3, avec la recrue Jordan Lukaku sur le côté gauche, Felipe Anderson, de retour des JO avec la médaille d'or au cou, aligné sur l'aile droite et Ciro Immobile en pointe.

Les dix premières minutes sont clairement à l'avantage des Laziali. Felipe Anderson et Parolo sont en vue au milieu de terrain et la Juve peine à mettre le pied sur le ballon. Ce sont pourtant bien les Bianconeri qui se créent la première occasion sérieuse, après une tête de Dybala qui oblige Marchetti à se détendre sur sa gauche (9e). La possession s'équilibre par la suite et c'est en contre que la Lazio finit par réagir, par l'intermédiaire d'un centre à mi-hauteur de Felipe Anderson sur lequel Buffon doit intervenir. Dans un match fermé et physiquement exigeant, les deux équipes peinent à trouver leurs attaquants respectifs et seul les décrochages réguliers de Dybala parviennent à créer de rares déséquilibres. Mais l'Argentin est surveillé de très près par son compatriote Lucas Biglia, dont l'apport défensif est précieux aux Biancocelesti dans l'entrejeu. A part quelques fulgurances de Felipe Anderson, les 22 acteurs ne proposeront pas grand-chose de plus au…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant