La justice valide l'arrêté d'interdiction du «burkini» sur les plages de Cannes

le , mis à jour à 19:52
5

La justice a validé l'arrêté qui fait polémique à Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Ainsi, le tribunal administratif de Nice reconnaît la validité de l’arrêté municipal de Cannes interdisant le «burkini» sur les plages de la commune. Le juge des référés n'a donc pas suivi la requête d'urgence présentée vendredi dernier par les avocats d'associations de défense des droits de l'homme et du Collectif contre l'islamophobie en France.

Me Sefen Guez Guez, avocat du CCIF, a fait part de son intention, au nom de son client, de faire appel de cette ordonnance devant le Conseil d'Etat, expliquant que «cette décision ouvre la porte à l'interdiction de tout signe religieux dans l'espace public». Il s'étonne également, n'ayant eu connaissance «que le 11 août» de cet arrêté du 28 juillet, que le caractère d'urgence n'ait pas été retenu, et que «pour une décision aussi importante, aucune audience publique permettant un débat contradictoire» n'ait été envisagée.

 

Ces associations de défense des droits de l'homme avaient saisi la justice contre l'interdiction annoncée du burkini, ce maillot qui couvre intégralement le corps, sur les plages de Cannes jusqu'au 31 août, par un arrêté municipal du 28 juillet du maire LR David Lisnard. La Ligue des droits de l'homme et le Collectif contre l'islamophobie en France demandaient la suspension de cet arrêté. La Ligue des droits de l'homme voit dans ce texte une mesure administrative qui « détourne la laïcité de sa vocation ».

 

L'arrêté du maire de Cannes porte sur l'interdiction, «d'accès aux plages et de baignade à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au domaine public maritime, ainsi que le port de vêtements pendant la baignade ayant une connotation contraires à ces principes.»

 

QUESTION DU JOUR. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 il y a 6 mois

    Et pour le ou les censeur(s), je cite les propos du maire de Villeneuve Loubet : Ne parlez surtout pas de décision discriminatoire à Lionnel Luca. "La République, ce n'est pas venir à la plage habillé en affichant ses convictions religieuses, d'autant que ce sont de fausses convictions car la religion ne demande rien..." Et pan sur le bec !

  • remimar3 il y a 6 mois

    Il ne faut pas dilapider les acquis de notre société libre en laissant des messages insidieux contraires à cet esprit se propager en son sein.

  • remimar3 il y a 6 mois

    Ces impositions vestimentaires et les idéologies associées ont été colportées par des gens dont les ancêtres n'ont jamais connu le siècle des lumières et vivaient encore en tribus au siècle dernier. Internet permet de diffuser ces idéologies rétrogrades. Il faut définitivement les combattre pour éviter d'en subir les conséquences au quotidien. Elle n'ont rien à voir avec la religion.

  • M5319573 il y a 6 mois

    BRAVO... !!! la République doit avoir le dernier mot.. y en a marre de ces religieux d"'un autre âge qui veulent imposer leur concept....

  • frk987 il y a 6 mois

    La justice n'est plus la même depuis que le PS n'a plus aucune chance de se maintenir au pouvoir...very funny......