La justice saoudienne saisie pour un tweet sur un poète condamné

le
0
    DOHA, 25 novembre (Reuters) - Le ministère saoudien de la 
Justice va intenter des poursuites contre un utilisateur de 
Twitter qui a comparé la condamnation à mort prononcée vendredi 
à l'encontre d'un poète palestinien aux châtiments de l'Etat 
islamique, rapporte le quotidien Al Riyad, citant une source 
officielle. 
    On ignore l'identité de l'auteur de ce "tweet", tout comme 
la peine qu'il encourt.  
    Selon  l'organisation de défense des droits de l'homme Human 
Rights Watch (HRW), le poète Ashraf Fayadh a été condamné 
vendredi à la peine capitale sur la foi des dépositions d'un 
témoin, qui dit l'avoir entendu maudire Allah, Mahomet et 
l'Arabie saoudite. L'accusation s'est aussi appuyée sur un 
recueil de poèmes de sa composition.  ID:nL8N13F1UA  
    Le système judiciaire saoudien est fondé sur la charia et 
les juges sont des religieux issus de l'école wahhabite, une 
interprétation rigoriste de l'islam dans laquelle le blasphème 
et le renoncement à la foi musulmane sont passibles de la peine 
de mort. 
     
 
 (Tom Fin, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant