La justice ordonne la dératisation des Baumettes

le
6
LE CONSEIL D'ETAT ORDONNE LA DÉRATISATION DES BAUMETTES
LE CONSEIL D'ETAT ORDONNE LA DÉRATISATION DES BAUMETTES

PARIS (Reuters) - Le Conseil d'Etat enjoint à l'administration pénitentiaire de dératiser et de désinsectiser la prison des Baumettes, à Marseille, dont le tribunal administratif a déjà ordonné une remise en état partielle, selon une ordonnance rendue publique samedi.

Le contrôleur général des lieux de privation de liberté a récemment épinglé dans un rapport l'insalubrité "consubstantielle" au centre pénitentiaire des Baumettes, et saisi à ce sujet la ministre de la Justice.

"Dans un délai de dix jours à compter de sa notification, il est enjoint à l'administration pénitentiaire de procéder à la détermination des mesures nécessaires à l'éradication des animaux nuisibles présents dans les locaux du centre pénitentiaire des Baumettes", peut-on lire dans l'ordonnance du Conseil d'Etat.

Le juge des référés a toutefois estimé qu'il n'y avait pas lieu de prescrire une inspection de l'ensemble des cellules individuelles, demandée par la Section française de l'observatoire des prisons, qui avait saisi le Conseil d'Etat.

"CAUTÈRE SUR UNE JAMBE DE BOIS"

La décision de la plus haute juridiction administrative intervient une semaine après celle du tribunal administratif de Marseille, qui a ordonné à l'administration pénitentiaire l'apport de lumière artificielle ou naturelle dans les cellules et l'enlèvement des détritus dans les couloirs et les parties communes de la prison.

Pour l'Observatoire international des prisons (OIP), qui prône la fermeture de la prison des Baumettes, cette ordonnance est nécessaire mais pas suffisante.

"Cela va dans le bon sens, mais c'est une demi-mesure largement insuffisante. C'est un cautère sur une jambe de bois", a dit à Reuters Me Lionel Febbraro, juriste de l'OIP.

"On ne prend toujours pas les mesures qui s'imposent. On supprime les rats, mais on ne supprime pas les problèmes de violence liés à la surpopulation", a-t-il ajouté.

L'avocat dénonce par ailleurs "le silence" qu'il qualifie d'"assourdissant" de la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur le sujet.

Depuis vingt ans, les appels se multiplient pour réclamer une rénovation et dénoncer les dysfonctionnements d'une prison qualifiée d'"endroit répugnant" en 2006 par le Conseil de l'Europe. Un projet de restructuration de l'établissement est en cours et devrait s'achever en 2017.

Chine Labbé, avec Jean-François Rosnoblet à Marseille

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le samedi 22 déc 2012 à 16:15

    Attention Mme la ministre Taubi-rat vous avez du souci a vous faire.

  • M1531771 le samedi 22 déc 2012 à 15:53

    Ben il n'y aura plus rien dedans après alors !!! :(

  • gepadtun le samedi 22 déc 2012 à 15:45

    Bientôt la dératisation de l'UMP

  • LeRaleur le samedi 22 déc 2012 à 15:19

    Pourquoi les taulards ne le font pas eux-mêmes, ils ont le temps.

  • M8563837 le samedi 22 déc 2012 à 14:55

    Comment faisait on quand nous etions bidasses appeles, il fallait nettoyer sous peine de sanctions et nous n'etions que des appeles, pas des prisonniers !

  • M8563837 le samedi 22 déc 2012 à 14:54

    pourquoi n'utilise t on pas les detenus pour realiser le nettoyage, ça leur est trop penible, c'est pas dans leurs attributions ?