La justice mexicaine ordonne la libération de Florence Cassez

le
3
LA COUR SUPRÊME DU MEXIQUE ORDONNE LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DE FLORENCE CASSEZ
LA COUR SUPRÊME DU MEXIQUE ORDONNE LA LIBÉRATION IMMÉDIATE DE FLORENCE CASSEZ

par Alexandra Alper

MEXICO (Reuters) - La Cour suprême du Mexique a ordonné mercredi la libération immédiate de la Française Florence Cassez, condamnée en 2008 à une peine de 60 ans de prison pour complicité d'enlèvements.

Les magistrats mexicains ont pris cette décision après avoir estimé que le procès de la jeune femme, qui est âgée de 38 ans, avait été entaché d'irrégularités.

"Je vais chercher une femme que je rêve d'aller chercher dans un lieu de détention horrible depuis sept ans, c'est un moment magique pour l'avocat que je suis", a réagi son défenseur français, Me Frank Berton, sur BFM TV. "Je pense qu'on va rentrer ce soir, je pense que demain, on sera en France".

La mère de Florence, Charlotte Cassez, a fait état de son soulagement et de sa joie.

"Je suis folle de joie, je ne peux rien dire d'autre, j'ai encore du mal à le croire", a-t-elle dit à la presse. "Elle (Florence) s'est battue tout le temps avec cette force, avec sa conviction, elle est extraordinaire."

Dans un communiqué, le président François Hollande a salué la décision de la Cour suprême mexicaine.

"Les pensées du chef de l'Etat vont à Florence Cassez, à sa famille et à ses proches. Pour eux, comme pour tous ceux qui se sont mobilisés pour notre compatriote, c'est une période particulièrement douloureuse qui prend fin", peut-on lire.

"La France remercie tous ceux qui, au Mexique comme dans notre pays, se sont engagés pour que la vérité et la justice prévalent."

Florence Cassez avait été arrêtée en décembre 2005 en compagnie de son ami de l'époque, le Mexicain Israel Vallarta, accusé de commander un gang responsable d'enlèvements, dans une ferme des environs de la capitale.

En 2008, elle avait été condamnée à la prison au terme d'un procès à huis clos et sans jurés, comme c'est souvent le cas au Mexique.

Ses avocats affirmaient que les droits de la Française n'avaient pas été respectés avant sa mise en accusation.

Elle a toujours clamé son innocence.

La Cour suprême a rejeté le 21 mars 2012 une demande de remise en liberté immédiate. Son pourvoi en cassation avait été rejeté en février 2011.

L'affaire Cassez a tendu les relations entre Paris et Mexico. L'année du Mexique en France, qui était prévue en 2011 et que Nicolas Sarkozy, alors président, souhaitait dédier à Florence Cassez, a été annulée.

Recevant en octobre dernier le nouveau président mexicain Enrique Peña Nieto, son successeur à l'Elysée, François Hollande, avait déclaré faire "confiance à la Cour suprême pour en terminer avec cette situation que nous jugeons douloureuse mais qui est dans la main et entre les seules mains de la justice mexicaine".

Avec Marine Pennetier à Paris; Jean-Loup Fiévet pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • NYORKER le mercredi 23 jan 2013 à 22:34

    Pas si cons que ça les Mexicons

  • 2445joye le mercredi 23 jan 2013 à 22:30

    Justice raciste. Elle n'aurait pas été française qu'elle aurait croupi en prison pour le restant de ses jours.

  • sanch121 le mercredi 23 jan 2013 à 22:04

    Très bonne nouvelle, il était temps !