La justice, levier permanent de Jean-Marie Le Pen pour garder la main sur le FN

le
1
La justice, levier permanent de Jean-Marie Le Pen pour garder la main sur le FN
La justice, levier permanent de Jean-Marie Le Pen pour garder la main sur le FN

Condamné à de multiples reprises pour ses propos polémiques, Jean-Marie Le Pen n'a pas hésité, au cours de sa longue carrière politique, à faire appel lui-même à la justice. A deux moments-clés de l'histoire du Front national, aux premiers jours du parti en 1973 et lors de la scission de 1998, ces procédures lui ont permis d'asseoir sa position de chef de l'extrême-droite française. Cette année, il a attaqué son propre camp pour conserver son statut de président d'honneur et mettre en cause sa suspension du parti. Exclu mardi soir du FN, il a annoncé qu'il allait contester la décision.

1973 : première mainmise sur la marque «FN». Le Front national naît en 1972 de la volonté du mouvement d'extrême-droite Ordre nouveau de rassembler la «droite nationale», en vue des élections législatives de l'année suivante. Les initiateurs du parti demandent à Jean-Marie Le Pen, dont l'engagement politique remonte à la IVème république, d'en prendre la présidence. Mais deux courants vont rapidement s'opposer au sein du jeune Front national : d'un côté, les durs issus d'Ordre nouveau qui souhaitent que le mouvement garde la mainmise sur le FN  ; de l'autre, les militants poujadistes, acquis à Jean-Marie Le Pen.

Des affrontements, auxquels prennent part des militants de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), lors d'une réunion publique à la Mutualité, à Paris, le 21 juin 1973, conduisent à la dissolution d'Ordre nouveau. Afin que le FN n'échappe pas à ses fondateurs, Alain Robert, secrétaire général du FN à l'origine de ce mouvement, créé en septembre la revue «Faire front», sous-titrée «Journal du Front national». Jean-Marie Le Pen décide alors de le remplacer au bureau par l'un de ses proches, Dominique Caboche. En justice, il obtient l'usage exclusif du sigle «FN» et l'interdiction pour «Faire front» d'utiliser la mention «Front national». Après plusieurs mois de bataille, Alain Robert part fonder le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4484897 le samedi 22 aout 2015 à 11:52

    C'est bizarre ce genre de procès qui discréditerait éventuellement le FN passe avec des délais très court alors que le justiciable lambda doit attendre plus d'un an