La justice française lève le mandat d'amener de Guillaume Soro

le
0
    PARIS, 8 décembre (Reuters) - La juge d'instruction 
parisienne Sabine Khéris a levé le mandat d'amener visant 
Guillaume Soro, le président du Parlement de Côte d'Ivoire, ont 
annoncé mardi ses avocats. 
   La magistrate a reconnu que Guillaume Soro était l'un des 
représentants officiels de la Côte d'Ivoire à la conférence COP 
21 sur le climat et qu'il bénéficiait du statut diplomatique, 
écrivent Jean-Paul Benoît, Jean-Pierre Mignard et 
Pierre-Emmanuel Blard dans un communiqué.  
   Les défenseurs de Guillaume Soro ont transmis à la juge un 
premier ordre de mission du président de la République 
ivoirienne, Alassane Ouattara, et un second de l'Assemblée 
nationale de Côte d'Ivoire. 
   Un mandat d'amener avait été lancé à la fin de la semaine 
dernière contre Guillaume Soro parce qu'il avait refusé de 
répondre à plusieurs convocations de la juge Sabine Khéris. 
   Les avocats de Guillaume Soro s'étaient élevés contre ce 
mandat d'amener, "délivré en méconnaissance des pratiques et 
usages diplomatiques admis et reconnus". 
   La justice française recherchait le deuxième personnage de 
l'Etat ivoirien dans le cadre d'une instruction sur une plainte 
de Michel Gbagbo, le fils de l'ancien président ivoirien Laurent 
Gbagbo. 
    Michel Gbagbo, qui possède la nationalité française, avait 
été arrêté le même jour que son père, le 11 avril 2011 à 
Abidjan, et incarcéré à Bouna, dans le nord du pays, jusqu'en 
août 2013. 
    Il avait porté plainte pendant sa détention contre Guillaume 
Soro et tous chefs rebelles de l'époque pour "enlèvement, 
séquestration, traitements inhumains et dégradants". 
    Pour les avocats de Guillaume Soro, les faits allégués, 
"minimes, restent à prouver" et ce dernier va porter plainte à 
son tour pour dénonciation calomnieuse. 
    Michel Gbagbo a été condamné en mars dernier à Abidjan à 
vingt ans de prison pour son rôle dans les violences 
post-électorales qui ont fait 3.000 morts en 2011 et a fait 
appel. Il ne peut cependant quitter le territoire ivoirien. 
    L'ancienne première dame de Côte d'Ivoire Simone Gbagbo a 
été condamnée pour sa part à vingt ans de réclusion. 
    Laurent Gbagbo, transféré fin 2011 à La Haye, doit répondre 
de quatre chefs de crimes contre l'humanité perpétrés dans le 
contexte des violences post-électorales devant la Cour pénale 
internationale (CPI). 
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant