La justice espagnole enquête sur l'espionnage américain

le
0
La révélation des documents de Snowden montre que les États-Unis ont aussi intercepté soixante millions d'appels téléphoniques en Espagne.

SI elle était avérée, l'interception de plus de soixante millions d'appels téléphoniques pourrait «briser le climat de confiance» avec les États-Unis, assure le ministre des Affaires étrangères espagnol, José Manuel Garcia Margallo.

Les premières informations, publiées la semaine dernière par le journal El Pais, citaient des sources des services secrets espagnols. Le Centro nacional de inteligencia (CNI) aurait le «soupçon fondé» que l'Espagne n'aurait pas échappé à l'espionnage dont ont été victimes ses voisins européens. Le gouvernement de Mariano Rajoy se contente alors de convoquer l'ambassadeur des États-Unis. Lors du dernier Conseil européen, Madrid rappelle que la possibilité d'un espionnage n'est pas démontrée. Toutefois, la révélation des documents de Snowden, lundi dernier dans le journal El Mundo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant