La justice égyptienne inflige un revers aux islamistes

le
0
Un tribunal a dissous la commission, dominée par les Frères musulmans, chargée de rédiger la Constitution.

La suspension de la commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution égyptienne redistribue les cartes de l'élection présidentielle, dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai prochain. La décision de déclarer «nulle et non avenue» la Commission constituante porte un coup dur aux Frères musulmans et aux salafistes. Les députés représentant l'islam politique avaient voulu refléter leur victoire aux législatives, où ils avaient emporté 70% des sièges du Parlement. Sur 100 membres de la commission (50 députés, 25 hauts fonctionnaires et 25 personnalités de la société civile), une soixantaine étaient des islamistes. Pour protester, les laïques et les libéraux avaient retiré leurs 18 représentants, suivis par celui de la Cour constitutionnelle et celui de l'université religieuse al-Azhar. Des partis et des juristes libéraux avaient déposé un recours devant le tribunal administratif, accusant le Parlement d'avoir abusé de ses pouvoirs en formant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant