La justice classe sans suite l'affaire Barbarin

le , mis à jour à 09:49
1
La justice classe sans suite l'affaire Barbarin
La justice classe sans suite l'affaire Barbarin

Il avait été auditionné dix heures ; perquisitionné deux fois. Hier, après plusieurs mois d'investigations, la justice a tranché en faveur du cardinal Barbarin. Le procureur de Lyon a en effet annoncé le classement « sans suite » de l'enquête ouverte après cinq plaintes pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs visant l'archevêque de Lyon. Les victimes du père Bernard Preynat accusaient le cardinal, très influent dans l'Eglise catholique, de ne pas avoir dénoncé les actes pédophiles du religieux commis il y a vingt-cinq ans.

« J'ai d'abord été déçu, puis en colère, explique Alexandre Dussot, plaignant et cofondateur de la Parole libérée, une association très active qui fédère les victimes. En colère parce que le parquet dit bien que le diocèse savait qu'il y avait des soupçons sur Preynat mais que cette période est couverte par la prescription (NDLR : de trois ans en matière de non-dénonciation). La justice a parlé, dont acte, mais que reste-t-il de la morale ? Elle ne sera, elle, jamais prescrite... »

« Nous ne pouvons pas en rester là » 

Bertrand Virieux, autre figure de l'association, confirme : « La suite juridique la plus probable est que les victimes se constituent partie civile et saisissent directement le juge d'instruction. Nous ne pouvons pas en rester là. » Dans un message sur le site du diocèse de Lyon, le cardinal a redit aux victimes « sa prière, son soutien et sa gratitude ».

« Il veut plus que jamais mettre en place des dispositifs contre les abus sexuels », explique un de ses proches. Le primat des Gaules avait d'ailleurs détaillé des « normes nouvelles » fin juin. Parmi elles, le fait d'écarter « définitivement et de tout ministère » tout prêtre ayant commis des agressions sexuelles sur mineurs « quelles que soient les dates des faits ». Du côté des évêques, on assure qu'il faut aller plus loin après le scandale qui a secoué ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1360996 il y a 6 mois

    Allez, les fossoyeurs de l'Eglise, qu'il y ait eu des actes odieux, certes. De là à vouloir vous faire Barbarin pour le symbole, la Justice vous a dit non, et c'est tant mieux.