La justice bulgare refuse d'extrader un opposant à Poutine

le
1

SOFIA, 21 octobre (Reuters) - La justice bulgare a refusé mardi l'extradition d'un opposant au président russe Vladimir Poutine, Nikolaï Kobliakov, le ministère public estimant même que cet homme, qui a demandé l'asile politique à la Bulgarie et est réclamé par Moscou, pourrait y être persécuté. Le tribunal de Sofia, qui a demandé des informations supplémentaires à Moscou, a motivé son refus de livrer le fondateur de l'ONG française Russie-Libertés aux autorités russes par le manque de clarté concernant les raisons pour lesquelles l'opposant est recherché. De manière inattendue, le procureur chargé de défendre le principe d'une extradition a au contraire mis en doute le fait que Nikolaï Kobliakov, engagé dans des activités politiques contre le chef d'Etat russe, puisse bénéficier d'un procès équitable en Russie. Le tribunal a pour sa part souligné que sa décision n'était en rien politique. Ancien pays du bloc soviétique, la Bulgarie fait désormais partie de l'Union européenne et de l'Otan et soutient notamment les sanctions imposées par l'Europe à la Russie en raison de la crise en Ukraine. Moscou veut poursuivre Nikolaï Kobliakov pour des fraudes dont il se serait rendu coupable en 2004 et 2005. Cet opposant de 44 ans, qui possède la double nationalité russe et française, rejette ces soupçons et dit craindre d'être persécuté par les autorités russes en raison de son engagement politique. Il a été interpellé à l'aéroport de Sofia le 29 juillet en raison d'un mandat d'arrêt lancé par Interpol, ce qui a entraîné des manifestations de soutien de militants des droits de l'homme à Paris et à Sofia appelant la Bulgarie à rejeter la demande d'extradition russe. (Tsvetelia Tsolova; Agathe Machecourt pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mardi 21 oct 2014 à 17:50

    Comme Giscard..refusé d'extrader Khomenei ..on a vu ce que cela a donné