La justice britannique prive un prince bahreïni de l'immunité

le
0

LONDRES, 7 octobre (Reuters) - La justice britannique a estimé mardi que le prince bahreïni Nasser ben Hamad al Khalifa, accusé d'avoir torturé des détenus à Bahreïn, ne bénéficiait pas d'une immunité en Grande-Bretagne. L'arrêt rendu par la Haute Cour conforte la plainte déposée par un Bahreïni exilé en Grande-Bretagne, seulement identifié sous les initiales de FF, qui dit avoir été torturé par le prince en personne lors de la répression du mouvement de contestation de 2011 à Bahreïn. En 2012, les services du procureur de la Couronne (CPS) avaient jugé à l'inverse que le prince Nasser, fils du roi Hamad, ne pouvait être poursuivi du fait de son appartenance à une famille royale. "La Cour a déclaré que le prince Nasser n'est pas en droit d'obtenir l'immunité", a déclaré le juge John Laws. Les avocats du plaignant se sont félicités de cet arrêt. "C'est un message adressé à l'opinion publique, le Royaume-Uni prend ces allégations très au sérieux", a réagi Sue Willman a micro de la BBC. Les autorités de Bahreïn ont réaffirmé pour leur part que le prince Nasser était innocent. Dans un communiqué, le gouvernement "rejette catégoriquement les accusations contre cheikh Nasser" et dénonce une plainte "politique et opportuniste" qui "tente d'abuser de la justice britannique". (Ahmed Aboulenein; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant