La junte reprend la main au Mali

le
0
DÉCRYPTAGE - Les militaires qui ont arrêté et démis de ses fonctions le premier ministre malien Cheik Modibo Diarra se défendent de préparer un nouveau coup d'État.

La démission forcée du premier ministre malien Cheik Modibo Diarra plonge le Mali un peu plus dans la crise. Personne ne s'attendait à ce que le chef du gouvernement soit ainsi débarqué et placé en résidence surveillée. Dans le pays, la surprise le dispute à la prudence et à l'attentisme. Ces derniers jours la tension était certes montée dans le triumvirat, composé de la junte, du gouvernement et de la présidence, qui dirige de facto le pays depuis le renversement du président Amadou Toumani Touré le 22 mars dernier.

La situation dans le nord du pays, occupé par des groupes islamistes et l'ouverture de négociation avec certains groupes rebelles touaregs avaient avivé les rivalités. Les reports successifs de la «concertation nationale», une réunion de trois jours qui devait permettre d'étab...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant