La junte malienne s'engage à rendre le pouvoir

le
1
C'est désormais au président du Parlement de prendre les rênes du pays et d'organiser une élection présidentielle sous 40 jours.

La junte militaire qui a pris le pouvoir le 22 mars au Mali a signé vendredi avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) un «accord-cadre» visant le transfert des affaires à un président intérimaire.

L'accord, qui doit être mis en œuvre «sous l'égide du médiateur de la Cédéao (le président burkinabè Blaise Compaoré, ndlr) et avec l'appui de la communauté internationale», prévoit un président intérimaire en la personne du président de l'Assemblée nationale, un premier ministre et un gouvernement de transition, ainsi qu'une future loi d'amnistie pour les putschistes. C'est donc Dioncounda Traoré, le président du Parlement malien (monocaméral), qui devrait diriger le pays, mais selon diverses sources, celui-ci était à l'étranger vendredi soir. L'accord stipule que le président intérimaire aura «comme mission d'organiser une élection présidentielle dans le délai constitutionnel de 40 jours».

La Cédéao a également

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le samedi 7 avr 2012 à 14:42

    Normal, ils sont pris à leur piège et sont incapable de rien. Leur chef, un capitaine, ça veut tout dire.