La Jordanie vise un vote de l'Onu sur le Proche-Orient en décembre

le
0

par Michelle Nichols NATIONS UNIES, 2 décembre (Reuters) - La Jordanie a annoncé mardi son intention d'entamer des discussions avec les membres du Conseil de sécurité des Nations unies sur un projet de résolution visant à mettre fin au conflit au Proche-Orient qui, espère-t-elle, pourrait être voté ce mois-ci. Début octobre, la Jordanie a fait circuler au Conseil de sécurité un projet de résolution rédigé par les Palestiniens qui appelait à la fin de l'occupation israélienne des territoires palestiniens pour novembre 2016. Certains diplomates avaient qualifié ce texte de "déséquilibré". La France, le Royaume-Uni et l'Allemagne préparent aussi un texte, qui, a expliqué le ministres français des Affaires étrangères Laurent Fabius, proposerait de mener les négociations de paix en deux ans. "Nous allons nous asseoir ensemble et voir (...) les possibilités de travailler avec tout le monde pour s'approcher aussi près que possible d'un texte unifié qui sera dans l'intérêt de chacun", a déclaré à la presse l'ambassadrice de Jordanie, Dina Kawar. "Nous allons essayer d'y arriver avant Noël. Si non, ce sera en janvier", a-t-elle déclaré. "Nous voulons vraiment avoir tout le monde ensemble. C'est notre intention." Un texte palestinien a peu de chance d'être soutenu par les Etats-Unis, alliés d'Israël et qui disposent d'un droit de veto en tant que membre permanent du Conseil de sécurité. Les Etats-Unis pourraient produire leur propre projet de résolution au cas où ils refuseraient de négocier à partir du projet palestinien ou du texte européen. Pour le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Romain Nadal, "il n'y pas de précipitation" à avoir pour adopter une résolution. "Il y a un travail diplomatique qui suit son cours et y a d'intenses consultations à New York. On est mobilisé car il faut relancer le processus du paix et l'objectif, c'est de trouver le meilleur moyen de relancer ce processus", a-t-il déclaré. Les députés français ont adopté mardi à une très large majorité une résolution socialiste non contraignante qui vise à reconnaître un Etat palestinien. ID:nL6N0TM3KS Les parlements espagnol, irlandais et britannique ont voté des textes similaires recommandant la reconnaissance de l'Etat palestinien. La Suède a, elle, reconnu l'Etat de Palestine. Les Palestiniens souhaitent un Etat qui s'étende sur la Cisjordanie et la bande de Gaza avec Jérusalem-Est pour capitale, tous territoires pris par Israël en 1967 lors de la guerre des Six-Jours. Israël est d'accord sur l'idée d'une solution dite à deux Etats, avec un Etat palestinien indépendant et démocratique existant à ses côtés, mais ne reconnaît pas les frontières de 1967 comme la base des négociations finales. (Avec John Irish à Paris; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant