La Jordanie veut éviter l'exemple tunisien

le
0
Le roi Abdallah II a fait de nombreux mécontents, mais il ne suscite pas d'animosité.

Envoyé Spécial à Amman

Les images de manifestations dans plusieurs villes du pays, diffusées au moment de la fuite du président tunisien Ben Ali, ont soudain attiré l'attention sur la Jordanie, faisant apparaître le petit royaume hachémite, comme l'un des prochains dominos d'un potentiel «printemps tunisien» au Proche-Orient. Depuis, la fièvre est un peu retombée. Mais les autorités jordaniennes n'ont pas pris à la légère cette flambée de contestation. Le nouveau premier ministre jordanien, Samir Rifaï, est intervenu à la télévision pour annoncer la réduction des prix des denrées alimentaires de base et du carburant.

Une nouvelle manifestation contre la vie chère est cependant prévue pour ce vendredi à Amman, à l'appel du Front de l'action islamique (FAI), le principal parti d'opposition, dont font partie notamment les Frères musulmans.

L'opposition pousse aussi des demandes de réformes politiques. Contestant les élections législatives de novembre dernier, l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant