La jeunesse égyptienne se détourne des Frères musulmans

le
0
La défaite des islamistes lors des élections universitaires et syndicales traduit un désamour préoccupant pour le parti au pouvoir.

Sourire gamin derrière d'épaisses lunettes aux montures noires, Mohammed Shaker exulte. «Les Frères musulmans se prennent leur première raclée électorale!», fanfaronne-t-il. Du haut de ses 20 ans, il est le tout nouveau président du syndicat étudiant de la faculté de droit d'Aïn Chams. Aux élections syndicales du mois de mars, son groupe, celui des libéraux, a détrôné les représentants de la Confrérie dans 11 des 15 facultés de cette prestigieuse université du Caire - contre 6 facultés remportées l'année dernière. À l'échelle nationale, la tendance se confirme: d'après les premiers résultats, publiés dans le quotidien Al-Masry al-Youm, les libéraux ont remporté 66 % des sièges dans les 21 universités publiques du pays - à l'exception de Port-Saïd, où le vote a été ajourné pour cause de troubles.

Deux ans après la révolution...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant