La IVe République au rythme du football

le
0
La IVe République au rythme du football
La IVe République au rythme du football

Ouf, la France peut enfin souffler. Après le refus d'un premier projet de Constitution en mai, le 13 octobre 1946, il y a 70 ans tout rond, les Français approuvaient par référendum la Constitution de la IVème République. Une régime aussi bref que mal-aimé, sous lequel les joueurs de football et les clubs sont parfois devenus de réels acteurs politiques.

Intermède de douze petites années dans la si longue histoire de France, la IVème République a souvent été cataloguée comme une page à oublier. Née dans le chaos de l'après Seconde Guerre mondiale, morte dans la pagaille de la guerre d'Algérie, ce régime mal pensé et encore plus mal dirigé n'a jamais trouvé son équilibre et a vite sombré dans le désamour. " Nous avons gagné la guerre, mais maintenant il va falloir gagner la paix, et ce sera peut-être plus difficile ", disait Georges Clemenceau après la Première Guerre mondiale. Après la Deuxième, les responsables politiques en charge des dossiers ont prouvé que le " Tigre " avait toujours raison. Et au milieu des soubresauts, de l'instabilité et des débuts du conflit algérien, les footballeurs de l'époque ont connu leur lot d'aventures, baladés au gré des vents d'une actualité tortueuse, dont ils ont parfois été les acteurs. Car le monde du football a subi de plein fouet une partie de répercussion de l'après-guerre, à commencer par la galère du redécoupage des territoires après les conquêtes, les annexions et les morceaux de pays rendus ici et là. Après la libération de la Lorraine en mars 1945, l'épineuse question de la Sarre, région frontalière, pose des soucis aux organisateurs du championnat de France de football. La Sarre a été intégrée à la zone d'occupation française, et après quelques consultations locales, elle devient en 1947 un État indépendant, mais sous protectorat français. Un statut bâtard, hybride, avec une nationalité sarroise, le franc français pour monnaie, et un enfer pour savoir que faire du FC Sarrebruck, le club de la capitale de la région.

L'impossible amitié franco-allemande


Dès la saison 1948-1949, une tentative est initiée : le championnat de France de deuxième division a 19 clubs, donc une équipe par semaine n'a pas de match à jouer. Chaque journée, Sarrebruck affrontera donc l'exempté en question, mais sans faire partie du championnat pour autant. Les points des Sarrois ne seront pas comptés, et ils ne figureront pas au classement. Alfred Wahl, historien contemporain spécialiste du football, développe : " Le gouvernement français a demandé à la FFF d'intégrer le FC Sarrbuck. Le gouverneur de la Sarre, un ancien Résistant, avait fait une demande auprès de Jules Rimet, alors président de la Fédération. "…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant