La houillère UK Coal en négociations pour sa survie

le
0

LONDRES (Reuters) - UK Coal a annoncé mercredi être en négociations avec ses créanciers pour assurer sa survie et préserver un maximum de 2.000 emplois à la suite d'un incendie qui a provoqué la fermeture de la plus importante houillère de Grande-Bretagne.

La société minière avait annoncé en février que l'incendie de la mine Daw Mill Colliery, dans le Warwickshire, pourrait menacer l'existence de l'ensemble du groupe à moins d'un soutien extérieur du gouvernement ou de banques.

"Nous restons convaincus que nous avons une activité intrinsèquement rentable", a déclaré dans un communiqué la société, partiellement détenue par Coalfield Resources, à la suite d'un article du Financial Times rapportant qu'elle souhaitait se placer en liquidation volontaire et transférer les mines qui lui restaient vers une nouvelle société.

"J'espère que nous sommes près d'un accord pour assurer un avenir aux mines qui nous restent. Il y aura sûrement quelques décisions difficiles à prendre car nous avons dû examiner toutes les options", a ajouté son directeur général Kevin McCullough.

Les dirigeants de la houillère sont en négociations avec les salariés, le gouvernement, les fonds de pension, l'autorité de régulation des retraites, des fournisseurs et des clients afin de préserver les 2.000 emplois restants dans ses mines de production de charbon, a précisé le société dans un communiqué.

Selon le Financial Times, selon la proposition de UK Coal, les créanciers recevraient 32 pence par livre de dette. Les principaux perdants de l'affaire seraient les quatre producteurs d'électricité qui avaient réservé du charbon, soit EDF, Drax Group, SSE et E.ON.

La société n'a pas voulu confirmer avoir présenté une proposition ferme, quelle qu'elle soit, à ses créanciers.

Elle avait évité de se trouver en défaut de paiement et de devoir fermer ses opérations via la mise en place d'une profonde restructuration de sa dette avec ses actionnaires en décembre.

Malgré une montée en puissance de l'utilisation de charbon dans les centrales électriques en raison de la hausse du prix du gaz, les sociétés houillères britanniques ont été sérieusement affectées par la baisse des prix du charbon, la concurrence des importations américaines, colombiennes et russes et la hausse des coûts des équipements et du combustible.

Au début du mois, Scottish Coal a été placé en liquidation, avec à la clé la perte de près de 600 emplois, éveillant la crainte de voir s'éteindre l'industrie britannique du charbon.

Toutefois, le mois dernier, Hargreaves Services , l'un des plus importants producteurs de charbon du pays, a annoncé qu'il avait obtenu une injection de liquidités de 42 millions de livres sterling (49,5 millions d'euros) de la part de ses actionnaires afin de racheter des mines à ses concurrents et développer de nouveaux sites de production.

Richa Naidu, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant