La Hongrie espère une nette amélioration des liens avec les USA

le
2
    par Krisztina  Than et Marton Dunai 
    BUDAPEST, 27 janvier (Reuters) - La Hongrie compte se 
rapprocher de la Russie et table également sur une nette 
amélioration des liens avec les Etats-Unis grâce à l'accession 
au pouvoir de Donald Trump, a déclaré vendredi le ministre 
hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto. 
    A quelques jours d'une visite à Budapest du président russe 
Vladimir Poutine, le 2 février, consacrée notamment aux liens 
énergétiques entre les deux pays, Peter Szijjarto a également 
jugé inefficace le régime de sanctions de l'Union européenne 
visant Moscou, et réclamé sa suppression.  
    "La position de la Hongrie sur les sanctions est qu'elles 
sont inutiles", a-t-il dit à Reuters. Selon lui, ces sanctions 
ont fait perdre à la Hongrie quelque 6 milliards d'euros en 
opportunités d'exportation depuis leur mise en oeuvre en 2014. 
    Peter Szijjarto dit préférer de "véritables discussions à 
haut niveau" avec Moscou. "Je ne vois pas la Russie comme une 
menace contre la Hongrie. Je comprends et respecte que nos amis 
polonais, nos amis baltes n'aient pas la même position (...). 
Mais la Russie n'attaquerait pas un membre de l'Otan. Je ne 
pense pas que cela serait dans son intérêt." 
    Le Premier ministre nationaliste hongrois Viktor Orban a 
critiqué souvent les sanctions européennes contre Moscou et 
conservé de bonnes relations avec la Russie en dépit de 
l'annexion de la Crimée en 2014.  
    Evoquant l'arrivée au pouvoir de Donald Trump 
outre-Atlantique, Peter Szijjarto a dit s'attendre à une 
"amélioration massive" des relations entre Budapest et 
Washington. La Hongrie, a-t-il ajouté, partage le point de vue 
du président américain selon lequel l'Otan s'est montrée 
incapable de lutter avec succès contre la menace du terrorisme.  
    "Je considère l'Etat islamique comme une menace. Un acteur 
non étatique est la plus sérieuse menace contre le monde 
civilisé. Et de ce point de vue, oui, l'Otan aurait pu jouer un 
rôle plus important", a estimé le chef de la diplomatie 
hongroise. 
    Viktor Orban s'était heurté à l'administration de Barack 
Obama qui déplorait l'érosion des valeurs démocratiques en 
Hongrie par la faute de son gouvernement.  
    "Maintenant que le nouveau président a dit très clairement 
que l'exportation de la démocratie n'était plus une priorité de 
la politique étrangère américaine, ce genre de pression (...) va 
disparaître", s'est félicité Peter Szijjarto. 
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5503580 il y a 11 mois

    Et c'est sans parler de la situation de l'Autriche et de la Grèce. Trump et Poutine place leur coins pour fendre l'Europe et se la re-partager comme au bon vieux temps de la guerre froide. Il y est urgent de resserrer les rangs et de réagir.

  • jean-648 il y a 11 mois

    L'Angleterre nouvel état pour les Etats-Unis, la Hongrie nouvel état pour la Russie. Sans Europe ont aura que la choix d'être américain ou russe.