La high-tech américaine divorce pour mieux se remarier

le
0
La high-tech américaine divorce pour mieux se remarier
La high-tech américaine divorce pour mieux se remarier

Hewlett-Packard, eBay, et maintenant Symantec: la scission semble à la mode dans la Silicon Valley américaine, mais l'émergence de nouvelles entreprises plus resserrées pourrait ricocher en vague de fusions-acquisitions.Le groupe informatique Symantec a annoncé jeudi soir son intention de se séparer en deux sociétés, avec d'un côté ses activités dans la cyber-sécurité (où il est connu entre autres pour son antivirus Norton) et de l'autre ses services de stockage et de gestion de données.C'est le troisième gros groupe technologique américain à prendre cette décision en moins de deux semaines. Hewlett Packard veut séparer ses imprimantes et PC en crise de ses services aux entreprises jugés plus porteurs. Et le distributeur en ligne eBay compte donner son indépendance à sa très rentable filiale de paiements PayPal."C'est une tendance majeure", assurait mercredi sur la chaîne CNBC Marc Andreessen, un investisseur très écouté dans le secteur technologique américain et membre des conseils d'administration de plusieurs groupes du secteur, dont eBay, HP ou Facebook. "A mon avis, toutes les grosses entreprises de plus de 20 ans vont éclater."- Doper le cours de Bourse -L'un des premiers arguments des candidats à la scission, c'est la création de valeur pour leurs actionnaires. Le cours de Bourse des gros groupes diversifiés est en effet censé souffrir d'une décote par rapport aux entreprises plus concentrées."C'est une fiction générée par Wall Street", estime Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies, soulignant que la séparation fait perdre des synergies, avec une double infrastructure commerciale ou comptable à recréer.Il reconnaît toutefois que la prophétie est souvent auto-réalisatrice: "Si tout le monde pense que démanteler une entreprise va créer de la valeur, alors probablement tout le monde va acheter l'action et la valeur va monter."Symantec avait ainsi pris 3,5% en Bourse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant